BFMTV

Mariage pour tous : le décret d'application publié au JO à la veille du premier mariage gay

La ministre de la Famille Dominique Bertinotti ne fera pas le déplacement, contrairement à Najat Vallaud Belkacem, pour le mariage de Vincent et Bruno.

La ministre de la Famille Dominique Bertinotti ne fera pas le déplacement, contrairement à Najat Vallaud Belkacem, pour le mariage de Vincent et Bruno. - -

Le décret d’application de la loi sur le mariage pour tous a été publié ce mardi au Journal officiel et vient clore le processus législatif. Demain mercredi, Vincent et Bruno se diront oui à Montpellier et formeront le premier couple homosexuel légalement marié en France.

C’était la dernière étape. Ce mardi, le décret d'application de la loi Taubira ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a été publié au Journal officiel (JO), à la veille du premier mariage gay qui sera célébré mercredi à Montpellier. Le décret modifie diverses dispositions relatives à l'état-civil et au code de procédure civile afin que, dans certains articles, les mots « le père, la mère » soient remplacés par les mots « les parents » ou « l'un des parents ». Un arrêté adoptant le nouveau modèle du livret de famille est également paru au JO. Ces deux publications complètent ainsi la loi promulguée le 18 mai par François Hollande au lendemain de son approbation par le Conseil constitutionnel.

Najat Vallaud-Belkacem présente « en dehors de ses fonctions officielles »

Les premiers à en profiter, au lendemain de cette publication, sont Vincent Autin, 40 ans, et Bruno Boileau, 30 ans. Leur mariage, le premier pour un couple homosexuel en France, sera célébré à Montpellier par la maire PS de la ville, Hélène Mandroux, devant des journalistes venus du monde entier.
Si la ministre de la Famille Dominique Bertinotti a annoncé qu’elle ne se rendra pas sur place, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, a décidé de faire le déplacement « en dehors de ses fonctions officielles » mais « avec l'accord du Premier ministre ». La ministre des Droits des femmes « ira à Montpellier en dehors de ses fonctions officielles pour respecter un engagement de longue date pris à l'égard des mariés qui sont ses amis », a indiqué son cabinet. « Elle le fait avec l'accord du Premier ministre et dans la discrétion ».

« Aucun trouble à l'ordre public ne sera toléré »

Entre 50 et 100 policiers assureront la sécurité de la cérémonie, a annoncé mardi le directeur de cabinet du préfet Frédéric Loiseau. Un escadron de gendarmerie mobile - soit 80 gendarmes- a été appelé en renfort et sera en réserve si nécessaire, a précisé Frédéric Loiseau, soulignant la possibilité « jusqu'au dernier moment » de faire appel à un ou deux escadrons supplémentaires. « C'est un événement exceptionnel mais on veut que tout se passe le plus normalement possible », a insisté Frédéric Loiseau. Relevant qu'il « n'y a eu aucune menace précise », le directeur a rappelé la nécessité des mesures de sécurité au regard de « l'expression d'hostilité » qu'a fait naître l'adoption de cette loi.
Lundi, un homme interrogé par France Bleue Hérault lors de la Manif pour tous dimanche à Paris a dit qu'il manifesterait à Montpellier parce que « les mariés ont fait de leur union un geste politique ».

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a prévenu dimanche les opposants au mariage homosexuel qu'il ne tolérerait « aucun trouble » lors des premières unions qui seront célébrées cette semaine. Selon Manuel Valls, « il serait intolérable que des individus viennent s'en prendre à ceux qui accomplissent un acte important pour leur vie. Aucun trouble à l'ordre public ne sera toléré ». « Les premiers mariages auront lieu dans la tranquillité, sereinement, car ça doit être un moment de bonheur, la semaine prochaine. C'est ça la loi, c'est ça la démocratie », avait dit le ministre de l’Intérieur. Les premiers mariages seront-ils placés sous protection? « Il faudra être évidemment vigilant », avait répondu Manuel Valls.
A Montpellier, par mesure de sécurité, l'intégralité de la cérémonie aura lieu dans l'Hôtel de Ville. L'éventualité de retransmettre la cérémonie sur le parvis de l'Hôtel de Ville a été abandonnée.

Cependant, le souhait de voir les mariés sortir pour saluer ceux qui les ont soutenus pendant leur combat pour la Loi Taubira pourrait être exaucé. « On ne veut mettre aucune mesure coercitive. On veut des conditions normales. On agira en fonction », a précisé Frédéric Loiseau.
Par ailleurs, la préfecture comptait aussi pour assurer la sécurité sur la police municipale. Mais celle-ci, en grève depuis quelques jours, devait voter dans l'après-midi un préavis de grève déposé lundi pour mercredi. « Je ne me prononce pas sur ce mouvement. Si la grève est confirmée, nous trouverons une solution », a déclaré le directeur de cabinet. Le conflit porte sur une prime perçue par certains agents travaillant dans les bureaux et que réclament les agents sur le terrain, a dit le représentant syndical FO Raphaël Gutierrez.

Mathias Chaillot avec agences