BFMTV

Mariage homo : "Le discours homophobe fait mal"

"Effaré", "éreinté", "fatigué", les réactions des personnes homosexuelles sont diverses dans ce débat sur le mariage pour tous.

"Effaré", "éreinté", "fatigué", les réactions des personnes homosexuelles sont diverses dans ce débat sur le mariage pour tous. - -

Le débat sur le mariage entre personnes de même sexe fait régulièrement la une de l'actualité. Alors que les manifestations se succèdent (côtés "pro" comme "anti"), de jeunes homosexuels racontent à BFMTV.com dans quel état d'esprit ils attendent le vote de la loi sur le mariage pour tous.

Ils sont homos et le vivent bien. Ce qui est plus difficile pour eux, c'est le débat actuel autour du projet de loi sur le mariage pour tous. La question s'invite partout : au travail, dans les médias, sur les réseaux sociaux. BFMTV.com a recueilli leurs témoignages.

"Le discours homophobe fait mal, il blesse, c'est un discours de rejet", dénonce d'emblée Guillaume, nantais de 33 ans, avant de poursuivre : "Dans ce débat, on donne le même niveau de légitimité à des gens homophobes et sexistes qu'à des gens discriminés, et c'est un problème."

Teddy est coiffeur à Créteil. Pour lui, pas d'énervement mais de la distance : "Au début, ce débat, je le vivais mal mais maintenant, il me fait limite rire. Quand j'entends les arguments 'des antis', j'ai l'impression qu'ils sont sur une autre planète !"

Donald, lui, est fatigué : "J'ai essayé de ne pas me miner le moral mais parfois c'est dur. Voir que des centaines de milliers de personnes vont manifester pour une inégalité, pas pour un droit mais contre un droit, c'est difficile". Un sentiment qu'il a partagé d'ailleurs sur Twitter :

Un sujet qui s'invite partout mais "reste sensible"

Depuis l'automne dernier, le débat sur le mariage entre personnes de même sexe s'est invité dans le salon de coiffure de Teddy : "Mes clients en parlent parce que c'est dans les médias, dans l'actualité, mais ça reste un sujet sensible, ils en parlent avec beaucoup de réserve." Ce qui l'a marqué ? "Un sous-entendu sur le fait que l'homosexualité soit une maladie." Ce jeune homme de 21 ans poursuit : "J'ai essayé de comprendre la virulence des anti-mariage pour tous mais quand on entend que les homos doivent vivre cachés ou que la colère de Dieu va s'abattre sur nous…"

"Les réseaux sociaux, c'est génial pour s'informer, suivre le débat, mais c'est assez éreintant", raconte Donald. Ereintant comme le 13 janvier dernier, lors de la "Manif pour tous" que le jeune dessinateur lensois suit à la télévision et sur Twitter. "Il y a avait des propos vraiment border line le 13 janvier", se souvient-il.

Pour Guillaume, proche du collectif nantais des Dures à queer, les conséquences des propos des militants contre le mariage pour tous sont encore plus importantes : "J'ai des amis en couple qui se sont posé la question à force de regarder la télévision. Ils se sont demandés si finalement, eux, homosexuels, il était normal qu'ils veuillent fonder une famille."

Manifester "pour être visibles"

"Je ne suis pas un acharné de l'engagement", prévient Guillaume. "Mais on a vu qu'hélas, il y avait besoin d'être visibles dans ce débat. J'ai des amis qui ne voulaient pas aller manifester il y a encore quelques mois et qui étaient à Nantes, samedi dernier, pour défendre l'égalité des droits."

Manifester pour contrer la manifestation contre le mariage homosexuel, une solution ? "Le 13 janvier, j'étais effaré", se souvient Teddy. "Aujourd'hui, je ne m'inquiète pas pour moi mais pour les jeunes qui voient ça et ceux dont les parents étaient à la 'Manif pour tous'".

Un sentiment partagé par Guillaume : "Moi, je me suis construit dans mon homosexualité, je suis en couple depuis cinq ans, nos familles le vivent très bien et pourtant, le 13 janvier, ça m'a fait mal. Alors je pense aux jeunes qui n'osent pas faire leur coming out. Et ça fait peur."

"Courage on t'aime"

Pour réchauffer une atmosphère qu'ils jugent pesante, des initiatives se lancent. Par exemple, des militants ont créé le site "Courage on t'aime", pour dire "Homosexuel-le, bi ou trans, ta vie mérite aussi le respect." Une autre initiative est résumée par son créateur dans un tweet. Objectif : remonter le moral.

Tu es un(e) jeune homo ? Tu vis mal les débats et les manifs anti-mariage ? Alors, regarde ça : vimeo.com/57368072
— Benoit Masocco (@benmasocco) January 14, 2013

>> Retrouvez notre dossier spécial "Mariage homosexuel"

|||Entre 2012 et 2011, les agressions homophobes ont triplé en France d'après SOS Homophobie et l'association Le Refuge qui vient en aide aux jeunes en rupture familiale. Frédéric Gal, directeur national du Refuge remarque même une forte augmentation des appels "depuis qu'il y a des manifestations clairement contre le mariage pour tous". Sur les 435 appels reçus en 2012, près de la moitié a eu lieu dans le seul mois de décembre.

Marc Pédeau