BFMTV

Leonarda: les lycéens prévoient de nouvelles manifestations

La jeune Leonarda, "éloignée" de France à MItrovica au Kosovo, montre ses certificats d'aptitude à parler le français, le 16 octobre.

La jeune Leonarda, "éloignée" de France à MItrovica au Kosovo, montre ses certificats d'aptitude à parler le français, le 16 octobre. - -

De retour de vacances, lycéens et étudiants prévoient de nouvelles manifestations pour réclamer le retour de Leonarda Dibrani et de Khatchik Kachatryan.

Les lycéens n'oublient pas Leonarda, expulsée vers le Kosovo en pleine sortie scolaire le 9 octobre. Les lycéens et les étudiants prévoient de manifester de nouveau mardi et jeudi partout en France contre les expulsions de jeunes étrangers scolarisés, jugeant que François Hollande n'a pas répondu à leur revendication d'une autre politique migratoire.

Les organisations lycéennes UNL et Fidl et étudiante Unef réclament le retour de la collégienne rom Leonarda Dibrani, 15 ans, et le retour de Khatchik Kachatryan, 19 ans, lycéen à Paris expulsé le 12 octobre vers l'Arménie.

Leonarda est "un symbole, il y a eu une effervescence médiatique et politique autour de son cas, mais il y a tout un tas de jeunes scolarisés qui sont expulsés", note Mathieu Landau, porte-parole de l'Unef. "Les mobilisations ont révélé un ras-le-bol des lycéens et des étudiants face à une situation qui n'est pas différente de celle qu'on avait sous Nicolas Sarkozy", ajoute-t-il.

Revenir en France seule

Avant les vacances de la Toussaint, des milliers de lycéens ont défilé plusieurs jours, essentiellement à Paris, et bloqué l'entrée de quelques établissements.

Face à l'émotion suscitée par l'interpellation de la jeune Leonarda dans le cadre scolaire, le chef de l'Etat est monté en première ligne le 19 octobre pour proposer à la collégienne de revenir étudier en France mais sans sa famille (ses parents et cinq frères et soeurs), une demi-mesure qui a provoqué un tollé au sein même de sa majorité.

C'est une "proposition choquante", estime l'Unef. François Hollande "ne règle pas la situation de Leonarda et il n'a pas évoqué Khatchik", critique Yvan Dementhon, président de l'UNL.

Après avoir hésité, Leonarda a finalement assuré ne pas vouloir regagner la France sans ses parents, qui ont déposé un recours pour obtenir un titre de séjour.

L. B. avec AFP