BFMTV

La ministre de la Santé conspuée par des médecins

-

- - -

Plus d'un millier de médecins libéraux ont manifesté mercredi après-midi devant le ministère de la Santé, à Paris, pour dénoncer l'accord sur les dépassements d'honoraires et plus généralement la politique gouvernementale à leur égard.

Le mouvement de grève des médecins libéraux et des internes s'est poursuivi mercredi pour la 3e journée consécutive, avec en point d'orgue un rassemblement dans l'après-midi devant le ministère de la Santé où les manifestants ont conspué la ministre Marisol Touraine. Entre 1 400 manifestants selon le ministère et 2 000 selon les organisateurs se sont rassemblés devant le ministère de la Santé aux cris de « Marisol démission ! » ou « Marisol, t'es foutue, les médecins sont dans la rue ».
Principal motif de la grogne: l'accord sur les dépassements d'honoraires signé fin octobre à l'issue d'une longue négociation avec l'assurance maladie et les complémentaires santé, jugé trop contraignant. Ces organisations considèrent également que les trois syndicats de médecins majoritaires (CSMF, SML, MG France) qui ont paraphé l'accord ne sont pas représentés - ou alors de façon minoritaire - dans les blocs opératoires.

« La situation est complètement bloquée »

Une délégation a été reçue mais « la situation est complètement bloquée, la ministre n'était pas là, le directeur de cabinet n'a pas été capable d'ouvrir des négociations et nous en appelons au Premier ministre » auquel une lettre a été envoyée, a expliqué à l'issue de la rencontre Philippe Cuq, coprésident du Bloc, syndicat à l'origine du mouvement. Le responsable a confirmé que la grève se prolongerait jusqu'à vendredi et qu'un point serait fait pour envisager d'autres formes d'action.

« Un bon accord »

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a répété mercredi lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale qu'il s'agissait d'un « bon accord, parce qu'il encadre sans stigmatiser ». « Les abus vont être sanctionnés et interdits parce qu'ils concernent 5% des médecins », a-t-elle ajouté.
Rappelant avoir reçu à de très nombreuses reprises l'ensemble des syndicats de médecins libéraux et se disant prête à les recevoir à nouveau, Marisol Touraine a déclaré: « Ils m'ont tous dit, je dis bien tous dit, qu'il fallait lutter contre les agissements excessifs de certains ».

La Rédaction avec agences