BFMTV

Manifestations féministes contre le nouveau gouvernement: plusieurs milliers de personnes de Paris à Toulouse

Manifestations contre Darmanin et Dupond-Moretti dans plusieurs villes de France vendredi soir

Manifestations contre Darmanin et Dupond-Moretti dans plusieurs villes de France vendredi soir - BFMTV

A Paris, Angers, Caen ou encore Lille, des manifestants se sont réunis pour réclamer le départ d'Eric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin du gouvernement.

La colère ne redescend pas. Depuis la nomination d'Éric Dupond-Moretti au ministère de la Justice, et de Gérald Darmanin à l'Intérieur lundi, les associations féministes réclament sans relâche le départ de ces deux personnalités du gouvernement. Ce vendredi, plusieurs appels à manifester ont été lancés en France, relayés notamment par le collectif féministe #NousToutes.

Gérald Darmanin est attaqué car il est mis en cause après des accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance. Le nouveau ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti est lui fustigé pour des propos tenus par le passé. Sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin en 2018, il assurait par exemple que des femmes regrettaient "de ne pas être sifflées" dans la rue.

"Emmanuel Macron fait un choix politique très clair"

A Paris, la place de l'Hôtel de ville (IVe arrondissement) a été investie en fin de journée par de nombreuses manifestantes, aux cris, par exemple, de "un violeur à l’Interieur, un complice à la Justice".

"C'est quand même incroyable qu'en matière de violences sexistes et sexuelles, quand on est mis en cause pour des faits de viol, qui sont des faits graves, on considère que ce ne soit pas suffisamment un problème politique pour être nommé ministre", a lancé vendredi sur BFMTV Caroline De Haas, membre de #NousToutes, depuis la manifestation parisienne.
"On peut considérer qu'il n'y a pas de problème juridique, légalement il peut être ministre", déclare Caroline De Haas, "mais considérer qu'il y a un problème politique: en nommant Gérald Darmanin à la tête de l'Intérieur, Emmanuel Macron fait un choix politique très clair".

Caen, Angers ou encore Lyon mobilisées

Sur la colonnade fermant l'accès de l'Hôtel de ville de Bordeaux, où les manifestants étaient 600 selon la préfecture, une grande banderole noire avait été tendue, sur laquelle était écrit en vert fluo "power".

Sept cents personnes ont également manifesté à Nantes selon la préfecture, et à Lyon, elles étaient 500 selon la police, à Grenoble, un cercueil noir, sur lequel était inscrit "RIP la grande cause du quinquennat", l'Égalité Femmes-hommes, a symboliquement été déposé vers 18h devant l'entrée du Palais de Justice.

A Toulouse, près de 1000 personnes se sont réunies devant le palais de Justice de la ville dans la journée. A Dijon quelques dizaines de manifestants ont accueilli Gérald Darmanin et le Premier ministre Jean Castex, qui rendaient visite aux forces de l'ordre de la ville ce vendredi. Une manifestation était en cours dans le centre-ville ce vendredi soir.

A Rennes, Caen ou encore Angers, des manifestations étaient également en cours vendredi soir.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV