BFMTV

Magnanville: pendant l'hommage, un homme refuse de serrer les mains de Valls et Hollande

Un homme refuse de serrer la main de François Hollande.

Un homme refuse de serrer la main de François Hollande. - Capture BFMTV

La scène s'est déroulée au début de l'hommage national rendu à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, victimes d'un attentat à Magnanville. Alors que François Hollande et Manuel Valls serrent la main d'une rangée de civils et de policiers en uniformes, un homme en costume sombre refuse ostensiblement de serrer la main du président.

Ce dernier n'y prête pas attention et continue son chemin, mais Manuel Valls, qui le suit, va lui s'arrêter face au refus de l'anonyme. Selon nos informations, l'homme, qui portait des béquilles, a volontairement refusé de saluer les deux membres de l'exécutif pour protester contre les conditions de travail des policiers, notamment dans les manifestations, et le manque de moyens alloués aux forces de l'ordre.

Le Premier ministre a assuré "pouvoir comprendre" ce geste. Manuel Valls estime que cette attitude n'était "en rien irrespectueuse" et qu'elle était même "respectueuse". 

"Moi je peux comprendre que dans ces moments là il y ait un policier ou deux policiers, des hommes, des femmes qui sont touchés, qui pouvaient connaître les victimes, qui aient une attitude qui n'est en rien irrespectueuse, elle était respectueuse", a-t-il affirmé devant la presse.

Alors que François Hollande avait ignoré le geste, Manuel Valls, lui, s'était arrêté devant celui qui ne leur a pas tendu la main. Le Premier ministre a alors engagé une brève conversation avec le policier, sur laquelle il est revenu. 

"J'ai tout simplement dit à ce policier, parce qu'il me disait que 'c'était dur', que c'était difficile pour tout le monde, pour les familles. Que jamais un gouvernement n'avait fait autant pour soutenir les forces de l'ordre et de sécurité, que nous avions besoin de ces forces de l'ordre".

P.A.