BFMTV

Un ancien commissariat du centre de Paris occupé par des sans-abri

Un ancien commissariat du 2e arrondissement de Paris occupé par une quarantaine de sans-abri

Un ancien commissariat du 2e arrondissement de Paris occupé par une quarantaine de sans-abri - Association Droit au Logement/Twitter

Vacant depuis l'été, l'immeuble, qui doit être démoli pour devenir un hôtel, a été investi par une quarantaine de sans-abri, soutenus par l'association Droit au Logement.

Une quarantaine de personnes, sans-abri et militants de l'association Droit au logement (DAL), occupaient ce dimanche un ancien commissariat du centre de Paris, vacant depuis l'été, pour réclamer un logement. Deux banderoles ont été déployées sur la façade de ce bâtiment de plusieurs étages, situé rue du Croissant dans le IIe arrondissement de Paris, proclamant "Sans logis: Réquisition" et "2019 - 3,1 millions de logements vides - 445 mort.e.s dans la rue". 

Les premières familles ont commencé à s'installer dans le bâtiment "lundi", a affirmé Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL. L'association "soutient" l'occupation mais n'en est "pas à l'origine", a-t-il assuré. 

Quelques matelas ont été posés dans une grande salle au premier étage de cet immeuble, pourvu de douches et d'électricité. Selon M. Eyraud, "jusqu'à une cinquantaine de familles peuvent être logées" dans ces locaux d'une superficie d'"environ 3.000 m2".

Un projet d'hôtel de tourisme

L'ancien commissariat, "vide depuis l'été" selon le DAL, est désormais la propriété de la chaîne d'hôtels CitizenM, spécialisée dans le tourisme de luxe. Placardé à l'entrée de l'immeuble, le permis de construire est daté d'octobre 2016 et a été prorogé en novembre 2018. Est prévue la construction "après démolition" d'un "hôtel de tourisme (84 chambres)", est-il indiqué. 

"L'immeuble sera restitué dès que les familles seront relogées", a affirmé Jean-Baptiste Eyraud à l'AFP. La "réquisition" de cet ex-commissariat vise à "pousser le gouvernement à reloger" les personnes sans-abri, a-t-il ajouté. 

Dans un communiqué, le DAL souligne que le IIe arrondissement de Paris est "durement impacté par le tourisme de masse, avec les locations meublées touristiques" et est "en déficit grave de logements sociaux". Selon l'association, "plus d'un quart des logements sont inoccupés" dans cet arrondissement du coeur de Paris.

Me.R. avec AFP