BFMTV

Mobilisation contre la fin de la trêve des expulsions

BFMTV

Des dizaines d'associations, syndicats et partis de gauche ont appelé le gouvernement à apporter des solutions concrètes de logement à la veille de la fin de la trêve des expulsions hivernales en France.

Des rassemblements ont eu lieu ce week-end un peu partout en France contre les expulsions mais les organisateurs ont peu mobilisé.

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a appelé lundi l'Etat à "cesser immédiatement toute expulsion pour impayé de loyer sans relogement des locataires de bonne foi".

Dans un communiqué, il précise que "1.260 ménages parisiens ont été expulsés de leur logement avec le concours de la force publique en 2010, alors que le niveau des loyers met en difficulté un nombre croissant de ménages aux revenus modestes ou moyens".

Bertrand Delanoë demande donc au gouvernement de "mettre en oeuvre rapidement un dispositif d'encadrement des loyers parisiens à la première location et à la relocation".

Les députés communistes et du Parti de gauche annoncent le dépôt, mardi, jour de la fin de la trêve hivernale, d'une proposition de loi pour lutter contre la crise du logement.

Le texte prévoit notamment l'interdiction des expulsions pour les personnes en difficulté, un encadrement par l'Etat des loyers, un plan de rattrapage de construction de logement sociaux, et un renforcement de la loi dite SRU avec une augmentation du seuil obligatoire de logements sociaux à 30% dans les "zones tendues" et 25% sur le reste du territoire.

Selon les associations, 106.488 décisions de justice ordonnant une expulsion ont été prononcées en 2009 (+1,3% par rapport à 2008) pour l'ensemble de la France.

"Dix millions de personnes sont touchées par la crise du logement. Face à cette situation alarmante, l'absence de politiques de prévention est inacceptable", déclare le Collectif des associations unies.