BFMTV

Logement : le DAL dénonce les « reculs » du gouvernement

-

- - -

La fédération Droit au Logement a dénoncé dimanche dans un communiqué « les reculs » du gouvernement sur le projet de réalisation de 150 000 logements sociaux chaque année. Le DAL craint que la promesse de François Hollande ne soit pas tenue.

La fédération Droit au Logement (DAL) s’inquiète des « renoncements » du gouvernement sur le logement. Le DAL dénonce des « reculs » sur le projet de réalisation de 150 000 logements sociaux chaque année. François Hollande avait fait du projet une promesse électorale. Selon le DAL les constructions ne se feront pas, « au nom de la rigueur budgétaire ». Dans la feuille de route sur le logement dévoilée mercredi dernier par Cécile Duflot, le gouvernement maintient pourtant son objectif de construire 500 000 logements neufs par an dont 150 000 sociaux.

« Le gouvernement est en train de renoncer »

Mais pour le DAL, ce programme est menacé par les incertitudes qui pèsent sur le doublement du plafond du livret A –qui conditionne le financement du logement social-, des aides à la pierre, la mise à disposition gratuite de terrain aux communes pour faire des logements sociaux. « Très clairement, le gouvernement est en train de renoncer, se désespère Jean-Baptiste Hérault, porte-parole de la fédération Droit au Logement (DAL). François Hollande a promis 150 000 logements sociaux par an. On voit que le doublement du plafond du livret A, qui était une promesse de François Hollande, ne sera manifestement pas appliqué. Il était promis le doublement des subventions pour la construction de ces HLM, manifestement ce n’est plus à l’ordre du jour. On a appris une menace de ponction sur une caisse qui est très importante pour financer le logement social et le logement des salariés. Les nouvelles qui tombent aujourd’hui chaque jour nous font un peu désespérer de voir édifier ces 150 000 logements sociaux. »

Doublement du plafond du livret A

Lors de sa campagne, le candidat Hollande avait promis de doubler son plafond de 15 300 à 30 600 euros. L’objectif de cette mesure était d’augmenter les ressources disponibles pour le financement du logement social, de la politique de la ville et des équipements de l’aménagement du territoire (grandes infrastructures interurbaines, tramways, hôpitaux, universités). Le gouvernement se serait laissé convaincre de procéder par étapes pour ne pas déstabiliser les banques qui font pression pour que le plafond du livret A ne soit pas doublé. Yves Contassot, conseiller de Paris EELV, espère que le gouvernement tiendra ses engagements : « J’ose espérer que le président de la République et le Premier ministre diront que l’engagement doit être tenu. On voit des gens qui ne peuvent plus payer leurs loyers parce que ceux-ci ont augmenté considérablement. Il faut construire du logement, du logement social, estime-t-il. Soit on doublera le plafond du livret A et on aura les moyens de financer le logement social, soit ça sera la victoire des banques qui sont totalement opposées à ça puisqu’elles gardent cet argent, elles spéculent dessus, au détriment évidemment du logement social qui est le cadet de leur souci. »
Le DAL appelle syndicats et associations pour le logement à manifester devant Bercy contre les coupes budgétaires mercredi prochain à midi. Selon le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre, près de 3,6 millions de personnes sont mal-logées en France.

La Rédaction, avec Roxane Pour Sadjadi