BFMTV

Frigide Barjot: devra-t-elle quitter son HLM?

Frigide Barjot dans une rue de Paris

Frigide Barjot dans une rue de Paris - -

Celle qui était l'égérie du mouvement contre le mariage pour tous est dans le collimateur du maire de Paris et de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP).

Bertrand Delanoë somme Frigide Barjot et son mari, Basile de Koch, de régulariser leur situation. Les époux Tellenne, qui occupent un HLM dans le XVe arrondissement de Paris depuis une vingtaine d'années, y ont domicilié leur société, Jalons, révèle L'Express. Or, leur bail interdit toute activité commerciale sur ces lieux d'habitation.

De plus, Jalons paie un loyer aux époux, ajoute le site d'information. Le couple se sous-louerait ainsi une partie de l'appartement, ce qui est également interdit par la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP).

Delanoë a joué la montre

L'assignation de la RIVP aurait pu être envoyée depuis longtemps mais le maire de Paris a souhaité attendre la fin des manifestations contre le mariage pour tous, selon L'Express. En repoussant l'envoi de la demande de mise en conformité, le maire socialiste a ainsi évité d'être taxé de tentative de déstabilisation politique en plein débat sur le mariage pour tous.

Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, jusqu'alors connue pour ses frasques et engagements décalés de chroniqueuse mondaine, est devenue l'égérie du mouvement de protestation. Avec Bruno Tellenne, plus connu sous son nom d'emprunt, Basile de Koch, ils occupent un logement social d'une superficie de 173 m², situé non loin du Champ-de-Mars à Paris. Celui-ci leur aurait été fourni par la mairie de Paris dans les années 80. Basile de Koch, écrivain et chroniqueur, était alors la plume de Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988, dans le second gouvernement Chirac.

Sipa Media