BFMTV

Les Parisiens pourront bientôt finaliser leurs ventes et achats sur internet au commissariat

INFO BFM PARIS - Un projet prévoit de mobiliser les commissariats pour que les acheteurs et les vendeurs réalisent leurs transactions effectuées sur internet en toute sécurité.

C'est une nouveauté qui ne va pas plaire à tout le monde. Les commissariats parisiens pourraient bientôt être chargés de sécuriser les transactions commencées sur internet, comme sur Leboncoin par exemple. Un projet prévoit d’ouvrir prochainement les portes de trois commissariats parisiens tests, situés dans les 11e, 13e et 17e arrondissements de la capitale, pour permettre aux particuliers de venir y finaliser les transactions d’objets ou de voitures.

L'exemple d'une vente de téléphone

Pour mieux comprendre, prenons l'exemple d'une vente de téléphone portable sur le site Leboncoin. Le vendeur va premièrement poster son bien sur le site. Lorsqu'il sera parvenu à un accord avec un acheteur, il pourra, au lieu de lui donner rendez-vous en bas de chez lui ou dans un lieu public pour effectuer la transaction, lui proposer qu'ils se rencontrent au commissariat.

L'acheteur devra alors prendre rendez-vous sur une plateforme spécialisée pour convenir d’une date et d’une heure de rendez-vous pour la vente dans l’un des trois commissariats parisiens tests. La transaction se terminera dans une salle du commissariat, avec un policier.

La préfecture de police de Paris va même plus loin en ce qui concerne les ventes de véhicules entre particuliers. Les voitures seront garées sur un emplacement matérialisé, il serait même question d’emprunter les places police. Une façon de sécuriser les ventes, avec un policier situé à quelques mètres du vendeur et de l’acheteur.

Les syndicats remontés

Le projet est bien avancé. Jeudi s'est tenue à la préfecture de police de Paris une réunion dans les plus hautes sphères, avec plusieurs directeurs de services spécialisés, et les trois commissaires concernés. Une charte d’objets interdits est même en cours d’élaboration: objets tranchants, armes, et des gros volumes comme les machines à laver seront interdits à la vente.

Les syndicats de police ont déjà fait part de leur mécontentement face à ce projet. Dans un tract, ils dénoncent un temps de travail supplémentaire, un manque d’effectifs, ou encore des difficultés pour faire rentrer du public dans les locaux. Rocco Contento, de l’unité SGP Police Paris, confirme cette inquiétude.

"La police a d’autres chats à fouetter. Ce n’est pas de la mauvaise volonté de notre part, c’est que nous travaillons matin, midi, soir et nuit à flux tendu. Nous manquons beaucoup d’effectifs, c’est une tâche supplémentaire et ça ne correspond pas du tout à notre coeur de métier", s’agace-t-il. "Moi-même j’ai déjà acheté sur Internet. Il suffit pour un particulier de donner rendez-vous à un autre particulier dans un lieu très fréquenté comme une gare par exemple, ça évitera les agressions", conseille-t-il.

C. P. avec Raphaël Maillochon