BFMTV

Les panneaux solaires Made in China bientôt surtaxés

Les panneaux solaires importés d'Asie seront taxés à 47%

Les panneaux solaires importés d'Asie seront taxés à 47% - -

Pour protéger le secteur du photovoltaïque, Bruxelles veut plus taxer les importations de panneaux solaires chinois. Mais importateurs et installateurs craignent aussi pour leurs emplois, sans croire que la mesure permettra de sauver les entreprises européennes.

Acheter un panneau solaire Made in France devient un véritable parcours du combattant : et pour cause, la plupart des industries du secteur ont mis la clef sous la porte. Pour faire face à la concurrence des panneaux solaires chinois, la Commission européenne vient de trancher : Bruxelles va relever les droits de douanes sur le photovoltaïque asiatique à 47%.
Le but est de protéger les fabricants européens contre la concurrence, car le marché du photovoltaïque européen est à la traîne. En France, le secteur est saturé de produits chinois, beaucoup moins chers. Et si les importateurs et les installateurs sont nombreux à en profiter, les petits fabricants de l'hexagone ont du mal à faire le poids. L'ambassadeur chinois à l'Organisation mondiale du commerce a d'ores et déjà réagi. Pour lui, Bruxelles a fait une erreur, et il évoque « un signal négatif d'un retour du protectionnisme ».

« Permettre à l‘industrie européenne de se reconstruire »

Benoît Richard, directeur de la stratégie de Saint Gobain Solar, fabricant de panneaux solaires, espère pourtant que ce protectionnisme pourra sauver les dernières entreprises européennes du secteur. « Aidés par ce système de taxes, les européens seront tout à fait capables de regagner des parts de marché », espère l’entrepreneur. « Il y a eu beaucoup de faillites parmi les fabricants allemands, français, espagnols. Les prix pratiqués, en-dessous des coûts, ne leur ont pas permis de survivre. Il est absolument nécessaire de permettre à l’industrie européenne de se reconstruire, et pour ça une fois de plus il faut des taxes très élevées. Ça nous semble être une bonne mesure ».

« Un effet très déstabilisant »

Mais attention, aussi, à ne pas détruire d’emplois en voulant en sauver, nuance Thierry Lepercq. Président de SolaireDirect, l'un des leaders dans l'installation de parc solaires en France, il fait venir des panneaux produits par sa société en Afrique du Sud ou importés en partie de Chine. Et là, c’est son business qui va s’écrouler. « L’effet immédiat risque d’être très négatif pour la filière européenne dans son ensemble », s’alarme-t-il. « Le marché européen fonctionne à plus de 50% avec des produits chinois, donc le fait brusquement d’avoir des tarifs douaniers à 47% a un effet déstabilisant. Ça ne va pas faire revivre les entreprises européennes ou françaises, quasiment toutes mortes, en revanche celles qui installent et développent vont, pour la plupart d’entre elles, disparaître. Quand on voit ça, on se dit « qui est aux commandes ? Est-ce qu’on a vraiment une vision cohérente de ce qu’on veut faire en Europe ».

Mathias Chaillot avec Juliette Droz