BFMTV

Les frais bancaires sont plafonnés à partir de vendredi

-

- - -

Alors que les banques faisaient ce qu’elles voulaient en matière de frais liés à un chèque sans provision, un décret de plafonnement entre en vigueur.

Alors que les banques présentent en ce moment des résultats faramineux, un décret de novembre dernier entre en vigueur dès ce vendredi et fixe un plafonnement des frais bancaires. Jusqu'à présent, les banques faisaient ce qu'elles voulaient et pouvaient ainsi compter des frais de 75 ou 80 euros par exemple, pour des chèques de 50 euros.

Désormais, ces frais bancaires seront plafonnés : pour un chèque d'un montant inférieur à 50 euros rejetés, les frais ne pourront plus dépasser 30 euros. Si le montant du chèque rejeté dépasse 50 euros, les frais bancaires seront plafonnés à 50 euros.

Deux millions de personnes sont concernées par le problème en France. Des personnes souvent en grandes difficultés financières et qui se retrouvaient encore plus pénalisées par ces frais bancaires qui aggravaient leur situation.

Une parade des banques ?

Si les associations d'usagers sont satisfaites de ce dispositif, Serges Maitre, le président de l'AFUB (Association Française des Usagers des Banques), craint que les banques ne trouvent une parade face à la perte financière que représente la mise en place de ces nouveaux plafonds de frais. Il cite par exemple « la dernière innovation de ces derniers mois : les frais de mise à disposition des chéquiers qui sont maintenant à 1 euro. Ce n'est pas grand-chose mais nous savons que cela va se transformer en 2, 3 voire 4 ou 5 euros ».

D'autre part, l'éventualité de voir certains clients multiplier les chèques sans provision est balayée par Frédérique Pfrunder, chargée de mission à la CLCV, qui rappelle qu'un chèque sans provision entraînera toujours un fichage à la Banque de France et des frais.

La rédaction et Christophe Bordet