BFMTV

Les dirigeants de la gauche appellent à l'union aux cantonales

Dépouillement des votes à Illkirch Graffenstaden, près de Strasbourg. Les socialistes, les communistes et les Verts ont appelé dimanche au rassemblement de la gauche pour le second tour des élections cantonales françaises, dimanche prochain, pour faire éc

Dépouillement des votes à Illkirch Graffenstaden, près de Strasbourg. Les socialistes, les communistes et les Verts ont appelé dimanche au rassemblement de la gauche pour le second tour des élections cantonales françaises, dimanche prochain, pour faire éc - -

Les socialistes, les communistes et les Verts ont appelé dimanche au rassemblement de la gauche pour le second tour des élections cantonales françaises, dimanche prochain, pour faire échec au Front national.

Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste, Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, et Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, ont lancé cet appel au soir du premier tour, dimanche, lors d'une conférence de presse commune sur une péniche parisienne.

La plus claire a été Cécile Duflot: "Nous sommes tout à fait déterminés à faire battre la droite et à faire échec à l'extrême droite le plus nettement qui soit en utilisant le bulletin de vote adéquat pour qu'il n'y ait pas d'élus du Front national", a-t-elle dit.

Pierre Laurent a dit "vouloir amplifier les résultats obtenus par les différentes forces de gauche et permettre les conditions du meilleur rassemblement possible pour battre la droite et l'extrême droite."

"L'extrême droite ne doit avoir aucun élu dans ce pays dimanche prochain", a-t-il ajouté.

Martine Aubry a emboîté le pas à Pierre Laurent et Cécile Duflot et a critiqué le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, pour avoir refusé de donner des consignes de vote en cas de duel PS-FN.

"Cela signifie dans le fond que c'est le choix du Front national contre le front républicain", a-t-elle dit.

"Nous avons la responsabilité de nous unir et d'en appeler à la fois aux Français pour leur dire qu'il y a d'autres réponses que la réponse actuelle", a-t-elle dit.