BFMTV

Les agressions contre les forces de l'ordre ont augmenté en 2013

Les agressions visant les policiers et gendarmes ont fortement augmenté, en 2013.

Les agressions visant les policiers et gendarmes ont fortement augmenté, en 2013. - Thomas Samson - AFP

L'an passé, près de 45.000 faits de violence ont visé les 200.000 policiers et gendarmes de France. Si les  attaques verbales ont diminué, les "atteintes volontaires à la vie" et les agressions sexuelles sont en forte hausse.

Les agressions contre les policiers et les gendarmes ont augmenté en 2013, et parfois fortement, par rapport à 2012. C'est ce que confirme, ce mardi, une étude qui détaille le phénomène.

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a rendu publique une étude portant sur les atteintes aux personnels et aux biens ayant visé les quelque 200.000 gendarmes et policiers en 2013, des chiffres déjà connus et divulgués mais qui sont précisés.

41.000 faits de violence verbale et physique

Ainsi, les atteintes, qu'elles soient verbales et/ou physiques, aux personnels de police et de gendarmerie, ont augmenté respectivement de 5,6% et 17%, soit plus de 41.000 faits ayant visé les policiers, présents en zone urbaine, et près de 3.700 les gendarmes en zone rurale ou semi-urbaine.

S'agissant de la police, les atteintes physiques sont, à elles seules, en progression de près de 7% et représentent plus du tiers des 41.000 atteintes. La moitié sont verbales (refus d'obtempérer ou outrages à agents) et plutôt en baisse alors que les "atteintes volontaires à la vie" sont en forte hausse (120 cas en 2013 contre 79 l'année précédente, soit une hausse de 51,9%).

Tout comme les agressions sexuelles: si 14 faits ont été signalés en 2012, 45 l'ont été en 2013. Soit une augmentation de 221,4%.

Neuf morts en 2012

Neuf policiers sont morts en service ou en mission en 2013, trois de plus qu'en 2012. Le nombre de blessés a diminué.

Il n'y a eu aucun mort en service parmi les gendarmes (trois en 2012) mais le nombre de personnels victimes d'atteintes physiques est en forte augmentation et 1.700 militaires ont été blessés. A 64% cela a eu lieu lors d'interpellations de suspects ou lors de manifestions, suivi, à plus de 16,5%, des contrôles routiers. 

Les chiffres de 2014 dévoilés à la fin de l'année

Une arme ou une arme par destination, telle une voiture (en forte hausse), a été utilisée dans 27% des cas, relève encore cette étude s'agissant de la gendarmerie. Les chiffres de 2014 seront dévoilés à la fin de l'année par l'ONDRP. 

Jé. M. avec AFP