BFMTV

Le "Shell on challenge", ce nouveau défi qui consiste à manger les aliments avec leur emballage

Le mot "shell" peut se traduire par "coquille", coque", ou encore "enveloppe". Dans ce défi il caractérise aussi bien la peau d'un fruit que l'emballage d'une barre chocolatée.

Après le "In My Feelings challenge" et le "Bird Box challenge", et le "Tide Pod Challenge", et encore bien d'autres, faites de la place au "Shell on challenge", qui commence à arriver sur le Snapchat français. Ce dernier défi des réseaux sociaux consiste à se filmer en train de manger un aliment avec son emballage. Le mot "shell" peut se traduire par "coquille", coque", ou encore "enveloppe".

Lancé il y a plusieurs semaines déjà aux États-Unis, dans les premiers posts on peut surtout observer des personnes avalant des fruits avec la peau, notamment des bananes, bien que certains soient allés jusqu'à s'attaquer à l'ananas.

Mais les internautes ne se sont pas limités aux fruits, et se sont attaqués aux aliments vendus dans des emballages en carton ou en plastique, en mangeant le contenu, avec le contenant.

"Les matières organiques telles que les pelures de fruits ne sont généralement pas dangereuses", explique le physicien Max Plitt au journal américain New York Post"Les zestes [fins morceaux de la peau d'un fruit] sont souvent utilisés dans les recettes", rappelle-t-il. "En revanche, manger du plastique peut être dangereux".

Des produits chimiques dans le plastique

Le physicien rappelle en effet que le BPA (bisphénol A), composé du plastique et de résines, est capable d'influencer les hormones. "Les produits chimiques contenus dans le PVC, comme le chlorure de vinyle, ont, eux été liés aux cancers". Sans parler de l'éventualité de s'étouffer au passage.

Le journal local américain Arizona Central a interrogé un lycéen dont le visage revient de nombreuses fois dans les recherches concernant le "Shell on Challenge". Il assure qu'une story Snapchat recense tous les utilisateurs américains ayant essayé ce défi.

Lui a été filmé mordant dans un plastique emballant des carottes, par ses camarades. "Ce qui est drôle" selon lui, c'est justement de faire passer le défi des pelures de fruits à des pelures industrielles, soit des emballages plastiques.

Salomé Vincendon