BFMTV

Le rosé, chouchou des Français ?

-

- - -

En France, depuis 5 ans, les ventes de rosé explosent. Hier snobé, ce vin s'installe maintenant dans les plus grandes régions viticoles de l'Hexagone, et au-delà... Les clés de ce succès.

Santé ! Au bord de la plage, à la terrasse d'un restaurant, ou à la maison entre amis, rien de tel qu'un rosé pour trinquer cet été. Longtemps déprécié, ce vin séduit de plus en plus les Français. Depuis 5 ans, ses ventes dans le pays ne cessent d'augmenter et, alors que sa consommation, majoritairement saisonnière -du printemps à l'automne-, ne représentait que 8% du total des vins il y a dix ans, elle s'élève aujourd'hui à 21%. Le Centre de recherche et d'expérimentation sur le vin rosé (CREVR), situé à Vidauban, dans le Var, assure même que c'est la seule production viticole dont les volumes ont progressé ces dernières années.

Du coup, les régions productrices de vins, comme la Provence, spécialisée depuis toujours dans le rosé, mais aussi le Val-de-Loire, la région de Bordeaux, les Landes... suivent le mouvement afin de bénéficier de cet engouement. Et, si la production de rosé se développe aussi en Amérique du Sud, au Maghreb et aux Etats-Unis, la France reste le premier producteur mondial avec 10%, selon le CREVR, devant l'Italie et l'Espagne. La consommation, elle, reste très locale, et les exportations frileuses.

Comment expliquer un tel succès ?

Pour Michèle Nasles, présidente du syndicat des Coteaux d'Aix, l'une des trois appellations provençales, « Nous avons gagné en qualité, mais c'est surtout le goût des consommateurs qui a changé. Ils veulent des vins plus légers. Le rosé se marie bien avec l'apéritif et correspond au développement des tapas, mezzés et autres repas moins conventionnels. »

Gilles Masson, œnologue, chercheur et directeur du CREVR, estime que « le rosé est venu en décalage du rouge. Les gens sont très impressionnés par le rouge, ses codes : pour le consommer, ils ont le sentiment qu'il faut être savant. Le rosé les a décomplexés, notamment les femmes. »

Juliette VINCENT