BFMTV

Le père d'Elise témoigne

-

- - -

L'enquête pour retrouver Elise, 3 ans, enlevée vendredi 20 mars à Arles (13), s'internationalise. Le père dresse un portrait sévère de la mère de sa fille, suspectée d'être à l'origine de l'enlèvement.

La petite Elise, enlevée vendredi 20 mars à Arles, est toujours introuvable. Un avis de recherche international a été publié dimanche 22 mars par Interpol. Les services de police des 187 pays membres ont reçu cette notice jaune, décrivant la petite fille de 3 ans et demi, mais les suites données par la police à cette notice dépendent des accords bilatéraux entre la France et le pays concerné. Selon un diplomate français à Moscou, la fillette, russe par sa mère et française par son père, n'a pas rejoint la Russie. Les recherches se poursuivent, notamment en Suisse. Une ressortissante helvétique affirme avoir vu l'enfant accompagnée d'une femme dans un train vers la Suisse vendredi, la piste la plus probable d'après les enquêteurs.

Le père rassuré...

Le père accuse la mère de la fillette, avec qui il est en instance de divorce, d'être l'auteur du rapt et de vouloir ramener Elise en Russie. Pour l'instant, les enquêteurs ne peuvent toutefois pas affirmer avec certitude qu'elle est impliquée dans l'enlèvement. Jean-Michel André, le père d'Elise, se dit moins inquiet qu'avant : « il semble que les 2 hommes de mains ont disparus du paysage rapidement, donc je suis satisfait qu'elle ne soit pas à proximité de ces 2 types qui ont été payés pour faire ça. Je suis moins inquiet parce qu'elle doit être au chaud, elle a du manger, elle est contente d'avoir retrouvé sa mère. Elise me manque terriblement, mais ce qui compte c'est son bien à elle. »

« Egocentrique, sa mère a fait le malheur de tous... »

Bien que rassurée de savoir sa fille avec sa mère, Jean-Michel André ne se montre pas tendre avec sa future ex-femme, qu'il caractérise par « un égocentrisme absolument monstrueux qui bloque totalement sa vision de l'univers et qui fait qu'elle pense sincèrement que ce qu'elle croît être bien pour les autres, c'est bien pour les autres. Elle a fait le malheur de tous les gens dont elle s'est approchée, ajoute-t-il : de sa fille aînée, du père de sa fille aînée, de notre fille, le mien... et elle n'est même pas heureuse. Alors pourquoi tout ça ? »

SI VOUS LOCALISEZ L'ENFANT OU LES SUSPECTS, N'INTERVENEZ PAS VOUS-MEME MAIS APPELEZ LA POLICE : 0805 200 200

La rédaction, avec Adrien Gindre et Laurent Damiron