BFMTV

Le nationaliste corse Pieri menacé d'un retour en détention

BFMTV

PARIS (Reuters) - Le nationaliste corse Charles Pieri, considéré comme l'ancien chef du principal groupe armé de l'île, est menacé d'un retour en prison après la révocation de sa libération conditionnelle accordée en octobre 2009, a-t-on appris jeudi au parquet de Paris.

PARIS (Reuters) - Le nationaliste corse Charles Pieri, considéré comme l'ancien chef du principal groupe armé de l'île, est menacé d'un retour en prison après la révocation de sa libération conditionnelle accordée en octobre 2009, a-t-on appris jeudi au parquet de Paris.

Un juge d'application des peines a révoqué cette mesure car il n'a pas respecté ses obligations, notamment celle de répondre aux convocations du magistrat.

Figure du nationalisme légal dans les années 1980, présenté comme l'ancien chef du groupe clandestin FLNC-Union des combattants, Charles Pieri, 60 ans, a été condamné en 2006 à huit ans de prison ferme pour des malversations financières en 2O02 et 2003.

Reconnu coupable "d'abus de biens sociaux, extorsion de fonds, financement de terrorisme, association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", il a été emprisonné entre décembre 2003 et octobre 2009 et devrait, s'il est renvoyé en prison, y passer huit mois de plus.

Dans l'affaire principale, la justice avait notamment retenu sa responsabilité dans des malversations financières à l'Hôtel du Golfe, près d'Ajaccio, dans les sociétés Corsica Gardiennage Services et Corsica Nettoyage Entretien, officines des nationalistes utilisées pour le racket.

Il lui a aussi été imputé le recel de produits "offerts" sous la contrainte par la société Casino à lui et à ses amis. Il avait en principe interdiction de revenir en Corse pendant sa période de probation.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal