BFMTV

Le moral des ménages à son plus bas historique

Le moral des Français en berne à son plus bas niveau.

Le moral des Français en berne à son plus bas niveau. - -

Le moral des Français a chuté en mai, tombant à son plus bas niveau historique, en raison d'une montée des inquiétudes sur leur niveau de vie à venir, a annoncé mardi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Si la météo n’est pas à la fête en ce mois de mai, le moral des Français ne se porte pas vraiment mieux. Ce mois-ci, il a même atteint son plus bas niveau historique en raison des craintes vis-à-vis de la hausse du chômage ou de la baisse du niveau de vie. L'indicateur, d’une base 100, qui synthétise la confiance des ménages s'établit à 79 points en mai, contre 83 points en avril. Il retrouve ainsi son plus bas niveau historique de juillet 2008, bien inférieur à la moyenne sur une longue période.

Un futur incertain sur le chômage…

L'opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France continue de reculer pour atteindre son nouveau minimum historique. Ce que redoutent le plus les Français dans le futur, c’est la dégradation de leur situation financière. L’opinion des Français sur l'opportunité de faire des achats importants est également en recul. Et si les Français ont le moral en berne quand on leur parle de leur futur, c’est aussi à cause du chômage qu’ils n’imaginent pas reculer. En effet, les ménages sont plus nombreux en mai à anticiper une augmentation du chômage, un chiffre qui atteint son plus haut niveau depuis juin 2009. Et ce pessimisme s’explique aussi avec les prévisions des institutions comme l’Unedic qui anticipe aussi cette hausse pour 2013 et 2014.

…mais plus serein sur l’épargne et l’inflation

Si la crainte de la hausse du chômage n’aide pas les Français à avoir confiance en l’avenir, l’opportunité d'épargner est quasi stable en mai ne cédant qu’un point par rapport à avril tout comme leur opinion sur leur capacité d'épargne actuelle. Cette stabilité permet de freiner un peu l’appréhension de l’avenir tout comme l'estimation de leur capacité d'épargne à venir qui se redresse légèrement. Une hausse qui pourrait s'expliquer en partie par l'annonce du déblocage de l'épargne salariale dès le mois de juillet. Leur perception de l'inflation est en baisse. En mai, les ménages sont plus nombreux qu'en avril à estimer que l'inflation a reculé. En revanche, les ménages sont plus pessimistes en matière d'inflation future.
Et avec un peu de soleil au printemps, le moral des Français ne serait-il pas meilleur ?

Tugdual de Dieuleveult avec AFP