BFMTV

Le broyage des poussins mâles devrait être interdit fin 2021

-

- - JOEL SAGET / AFP

L'élimination des poussins mâles par broyage dans les élevages industriels devrait être interdite à la fin 2021, a déclaré ce mercredi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, promettant d'autres mesures sur le bien-être animal "dans les semaines qui viennent".

Alors que 50 millions de poussins mâles sont broyés chaque année en France, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a déclaré ce mercredi au micro de France Inter que "nous allions arrêter cette pratique en 2021(...) Mais si on le fait tout de suite, qu'est ce qui se passe? Il n'y a aura plus d'oeufs".

Après éclosion, les poussins mâles sont immédiatement broyés

Dans le cadre de la production industrialisée d'oeufs, les poussins éclosent dans des couveuses, dont les propriétaires vendent ensuite les futures poules pondeuses aux éleveurs. Après éclosion, les poussins mâles sont immédiatement tués, la filière jugeant qu'ils ne sont pas rentables.

Cette pratique, critiquée par les défenseurs des animaux, est pour l'instant jugée incontournable par l'industrie avicole pour des raisons économiques. Selon Didier Guillaume, qui a reçu mardi soir plusieurs associations dites "welfaristes" - se préoccupant du bien-être animal sans être opposées à l'élevage - d'autres mesures vont être annoncées.

Un arrêt probable de la castration à vif des porcelets

"Les mesures qui vont être prises par le gouvernement sont des mesures très fortes" a-t-il dit, sans les dévoiler et refusant d'annoncer un calendrier précis. "Je ne donne pas les dates, car je les négocie avec les éleveurs" a-t-il précisé en évoquant toutefois que les annonces devraient arriver en "novembre ou décembre".

Il a évoqué l'arrêt probable de la castration à vif des porcelets, dénoncée dans des vidéos d'une association. "Mais cela ne peut pas se faire contre la profession" qui doit adapter ses modes de production pour garder son efficacité et sa rentabilité si elle veut survivre.

"Il y a le temps de la nature, de l'élevage, et le temps de société et des 170 signes sur Twitter" a-t-il dit en dénonçant une fois de plus "l'agri-bashing" dont les agriculteurs se jugent victimes, notamment sur les réseaux sociaux.

L'oeuf qui ne tue pas la poule

Le débat sur le sort réservé aux poussins mâles n'est pas neuf. En 2017, des sympathisants de la cause animale ont lancé "l'oeuf qui ne tue pas la poule", qui sauve les poules des abattoirs à la fin de leur vie pour qu'elles puissent "continuer à vivre paisiblement jusqu'à leur fin de vie et pondre à leur rythme", mais aussi sélectionne les oeufs en fonction de leur sexe avant qu'ils n'éclosent. 

Inspiré d'une technologie allemande, un bras robotisé fait un petit trou au laser sur la coquille, aspire une goutte de liquide et détecte grâce aux hormones s'il s'agit d'une femelle ou d'un mâle. Après analyse, seuls les œufs possédant l'hormone femelle sont gardés. Ce procédé évite de broyer ou de gazer les poussins mâles à la naissance comme c'est le cas chaque année en France.

Mais cela a un coût. Les œufs sont vendus 6 € la boîte de 6. Un prix qui "permet de rémunérer correctement les éleveurs qui s’engagent dans le projet et de financer la fin de vie des poules", assurait la start-up Poulehouse dans un communiqué de presse diffusé 5 septembre 2017. Les boîtes d'oeufs sont disponibles dans les magasins et enseignes Monoprix, Naturalia, Franprix, Biocop, Carrefour, Auchan, les nouveaux Robinsons.

R.Ga avec AFP