BFMTV

La ville de Sevran, nouvelle capitale du rap français

Kalash Criminel, Kaaris, Maes… Les rappeurs de Sevran ont beaucoup fait parler d'eux à la fin de l'année 2018. Ils devraient faire encore plus de bruit dans les mois à venir.

Sevran, au coeur de la Seine-Saint-Denis, est devenu en 2018, un nouvel épicentre du rap. La ville a vu naître ou grandir de nombreux rappeurs, de Kalash Criminel à Da Uzi, en passant Maes, poulain de Booba. Rappeurs confirmés ou jeunes pousses en devenir, découvrez ce que réserve la scène de Sevran.

Kaaris

Dernièrement, il a plus fait parler de lui pour ses échanges d’insultes et de contrats ratés avec Booba que pour sa musique. Mais le rappeur du quartier de Rougemont reste avant tout le roi de la Trap française. Il se révélait en 2013 avec Or Noir, un disque devenu en quelques années seulement une référence, si ce n’est un incontournable, du rap français pour sa vulgarité et son style cru.

Le 25 janvier dernier, Kaaris a sorti son cinquième album. Mais Or Noir Pt.3 a cette fois reçu un accueil mitigé du public. Un semi-échec qui ne suffira pas à enterrer l’artiste double disque d’or et double disque de platine, qui devrait s’inviter sur pas mal de projets cette année.

Kalash Criminel

Comme Kaaris, Kalash Criminel a grandi dans le quartier de Rougemont à Sevran. Comme lui, il est devenu une des voix de la Trap par ses textes directs et son élocution hachée. C’est d’ailleurs le premier qui l’a popularisé, en l’invitant sur Arrêt du coeur en 2016. Souvent ciblé pour son albinisme plus jeune, Kalash Criminel a su en faire une force pour créer le personnage cagoulé qu’il incarne aujourd’hui.

Après deux mixtapes, il a sorti le 23 novembre La Fosse aux lions, son premier album. Il y évoque des thèmes personnels, comme la mort de son grand frère, dans Coltan, ou sa différence et sa solitude, dans Avant que j’parte.

Maes

Depuis plusieurs semaines, Maes est partout avec l’entêtant Madrina, en featuring avec Booba. S’il est né à Villepinte, il a grandi dans la cité sevranaise des Beaudottes. Après le lycée, Maes passe 18 mois à la maison d’arrêt de Villepinte. Il en profite pour sortir un premier projet, Réelle Vie, puis se fait remarquer avec sa série de clips #MaesEstLibérable et sa deuxième mixtape Réelle Vie 2.0.

Il est alors repéré par Booba, qui l’embarque avec lui à Medellin pour y réaliser un clip. Un tournage qui n’est pas de tout repos pour Maes, notamment à cause du contrôle judiciaire auquel il doit s'astreindre.

Le 30 novembre, il sort son premier album Pure et connaît son premier succès commercial, puisqu’il est certifié disque d’or.

Da Uzi

Originaire de la Cité des 3 Tours, Da Uzi fait parler de lui en 2017 avec la série de freestyles La D en personne. Signé sur le label REC.118, le même que Ninho, Aya Nakamura, ou Soprano, il a sorti son premier projet, Mexico, le 18 janvier 2019.

Inspiré de son quotidien, l’univers de Da Uzi est "cru et réel", comme il l’explique lui-même. Plusieurs thèmes reviennent régulièrement dans ses titres, notamment l’envie de rendre heureux sa mère, l’envie de profiter de la vie ou la trahison des proches. Très inspiré par Nessbeal, il rappe avant tout son vécu. Dans Entre les murs par exemple, il évoque son passage en prison et la difficulté de se retrouver seul.

13 Block

Il s’appellent Zed, Stavo, Zefor et Sidikeey. Ensemble, ces quatre rappeurs des Beaudottes forment 13 Block. Si leur premier titre en groupe date de 2012, ils gagnent en visibilité à partir de 2015 grâce à Kaaris, qui les fait poser sur le titre Vie sauvage. Ils sortent ensuite deux projets, Violence Urbaine Émeute en 2016 et Triple S en 2018. Leur premier album est lui en préparation, et devrait sortir en mars.

Influencés par le rap d’Atlanta, ils empruntent notamment au groupe Migos l’utilisation parfaite des ad-libs, ces petites interjections vocales qui font écho en fin de phrase. Le secret de leurs textes ? Aucun faux-semblant. Les quatre membres ne se donnent pas une image et racontent leurs jours et leurs nuits passées au bas des tours, à dealer. Ce qui n’est pas sans rappeler le duo des Tarterêts PNL.

Florian Huvier