BFMTV

La vague de froid poursuit son offensive sur l'Hexagone

Un SDF à Paris, le 20 janvier 2013 (image d'illustration).

Un SDF à Paris, le 20 janvier 2013 (image d'illustration). - Joël Saget - AFP

VIDEO - Après un week-end noir sur les routes savoyardes avec l'arrivée de la neige, l'offensive du froid se poursuit lundi sur tout l'Hexagone. Face à ces températures en nette baisse, plusieurs villes ont décidé d'augmenter leurs capacités d'accueil des sans domicile fixe, particulièrement exposés.  

C'est la fin d'un week-end noir sur les routes savoyardes provoqué par l'arrivée de la neige, mais ce lundi, l'offensive du froid se poursuivra sur tout l'Hexagone. Il s'engouffrera sur tout le pays, avec des températures qui deviendront partout négatives. Selon Météo France, le thermomètre affichera souvent près de -2 à -6 degrés et atteindra parfois localement -8 à -10 degrés sur le nord-est du pays et sur la façade est.

Des petites chutes de neige sont à prévoir en matinée de la frontière belge à l'Alsace et dans l'après-midi sur les régions du nord-est jusqu'à la Bourgogne, l'Auvergne et Rhône-Alpes. Sur les sols humides ou enneigés, des plaques de regel pourront se former. Attention également au risque de verglas par endroits. 

Retour à la normale du trafic sur les routes de Savoie

Après un week-end de cauchemar pour les automobilistes sur les routes des stations savoyardes - avec des milliers de voitures bloquées dans la neige, et près de 15.000 naufragés hébergés dans des centres d'urgence - la circulation est revenue progressivement à la normale dimanche.

La "vigilance orange" neige-verglas avait été levée dans la journée pour les 4 derniers départements concernés, dont la Savoie.

La préfecture de Savoie recommande toutefois la patience aux automobilistes en raison d'une circulation qui demeurait soutenue sur les réseaux autoroutiers, les routes nationales et secondaires.

Le dispositif d'urgence a été levé dimanche soir, a fait savoir la préfecture, dans la mesure où, conformément aux prévisions de Météo France, les conditions climatiques s'amélioraient. Elle a indiqué que les cinq centre d'hébergement activés par prudence (Saint-Jean de Maurienne, Saint-Michel de Maurienne, Bourg Saint-Maurice, Moûtiers et Albertville) restaient en alerte. 

Augmentation des capacités d'accueil des SDF

Dimanche, face à la vague de froid qui sévit, les villes de Paris, Lyon, Calais ou Poitiers ont décidé d'augmenter leurs capacités d'hébergement des sans domicile fixe, particulièrement exposés.

A Paris, en plus des 9.000 places permanentes d'hébergement d'urgence et des places dans des hôtels (14.000 unités par an), quelque "1.000 places d'hébergement sont en train de s'ouvrir", a expliqué à Dominique Versini, adjointe à la solidarité et co-fondatrice du Samu social.

La Mairie peut notamment, à la demande de l'Etat, ouvrir des gymnases pour des périodes de trois semaines. Après celui des Invalides au début du mois, c'est celui de Ronsart (18e) qui a ouvert ces jours-ci. En tout, une douzaine de gymnases sont susceptibles d'être mobilisés. Une unité supplémentaire d'aide aux sans-abris est également mobilisée pour les familles avec enfants qui ne souhaitent pas bénéficier de ces hébergements.

"Les capacités d'accueil ont augmenté depuis 20 ans mais les besoins aussi, avec la crise économique et l'accueil de familles étrangères", souligne Dominique Versini, adjointe de la maire PS Anne Hidalgo. La Ville proposera début février un pacte de lutte contre l'exclusion, bâti avec l'Etat et les associations et qui couvrira toute la mandature, pour améliorer prévention et prise en charge, a indiqué Dominique Versini.

Un local chauffé pour les migrants de Calais

A Lyon, la préfecture a annoncé que 125 places d'hébergement viendraient s'ajouter aux 3.500 places permanentes et aux 683 places de renfort ouvertes progressivement depuis le 5 novembre.

A Calais, le local aménagé pour accueillir les migrants dans le cadre du plan grand froid a ouvert ses portes dimanche vers 18 heures pour la troisième nuit consécutive. "On a déjà une trentaine de personnes", a déclaré David Lacour, le directeur de l'association Solid'R, chargée par la préfecture de gérer le site.

Le hangar industriel chauffé et équipé de matelas, d'une capacité de 400 à 500 places, avait accueilli 189 migrants dans la nuit de samedi à dimanche. Dimanche matin, les migrants ont reçu un petit-déjeuner avant de quitter les lieux entre 9 heures et 10 heures.

Dans la Vienne, le niveau 1 du "plan grand froid" a été déclenché par la préfecture. Celle-ci a ainsi mis à la disposition des personnes sans abri, dès samedi soir, un "centre temporaire d'hébergement d'urgence" dans un gymnase à Poitiers.

V.R. avec AFP