BFMTV

La Réunion, joyau naturel inscrit au patrimoine mondial

Les pitons, cirques et remparts de l'île de la Réunion ont été inscrits dimanche sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco.

Les pitons, cirques et remparts de l'île de la Réunion ont été inscrits dimanche sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco. - -

Surnommée "l’île à grand spectacle", La Réunion vient d’entrer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. « Un grand moment », selon la directrice adjointe de son parc national. Découvrez ses paysages exceptionnels en images.

Les pitons, cirques et remparts de l'île de la Réunion ont été inscrits dimanche sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco. Le périmètre retenu correspond à celui du parc national de la Réunion, créé en 2007, qui couvre environ 40% de la surface de cette île tropicale et volcanique, où le piton de la Fournaise entre régulièrement en éruption. "L'Unesco reconnaît que l'ensemble des pitons, cirques et remparts créent un paysage spectaculaire et contribuent significativement à la conservation de la biodiversité terrestre", indique la Parc national de la Réunion dans un communiqué.

Apparue à la surface de l'océan Indien il y a seulement trois millions d'années, la Réunion est constituée de deux massifs volcaniques d'âge différent. L'île est un véritable "livre ouvert sur l'histoire de la Terre", selon le dossier présenté lors de la 34e session du Comité du patrimoine mondial, qui se tient depuis le 25 juillet au Brésil, sous l'égide de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).
Malgré ses dimensions réduites (2 500 km2), la Réunion culmine à 3 070 mètres, au piton des Neiges. Son relief profondément érodé offre des panoramas vertigineux où des remparts de plusieurs centaines de mètres de hauteur sont les lignes directrices des paysages. Même si les milieux naturels ont été bouleversés par l'arrivée de l'homme, il y a près de quatre cents ans, plus d'un tiers de la surface de l'île a conservé ses caractéristiques originelles. La Réunion abrite ainsi 230 espèces végétales uniques au monde.

La Réunion est le trente-cinquième site français inscrit au patrimoine mondial, et le quatrième site naturel après le golfe de Porto, en Corse, le Mont-Perdu, dans les Pyrénées et les lagons de Nouvelle-Calédonie. Samedi, l'Unesco a également inscrit la cité épiscopale d'Albi (Tarn) sur la liste des biens culturels.

« Une grande fierté et une révolution pour les Réunionnais »

Marylène Hoareau, la directrice adjointe du parc national de La Réunion, revient sur l'inscription de l'île de La Réunion au patrimoine mondial de l'humanité : « C’est un grand moment de soulagement après des années pour obtenir ce label. Le suspens a été rude, la nouvelle a permis l’explosion de joie et l’expression d’un sentiment de fierté chez de nombreux partenaires et réunionnais.
La Réunion a la chance d’avoir un patrimoine naturel encore bien préservé et exceptionnel. Cette préservation vient du relief accidenté, qui est à l’origine d’un paysage remarquable. Nos cirques, pitons et remparts, l’intérieur de l’île donc, sont retenus pour leur qualité paysagère. C’est le critère esthétique que l’UNESCO a mis en avant, mais également pour la biodiversité qu’ils abritent. Puisque La Réunion a la chance d’avoir des écosystèmes étagés depuis l’océan jusqu’à plus de 3000m d’altitude, donc on passe par les étages tropicaux jusqu’au subalpin et là, dans l’Océan Indien, c’est unique.
42% du territoire, soit 105 000 hectares, était déjà classé comme parc national en 2007. Aujourd’hui, le label patrimoine mondial permet d’espérer de la notoriété pour l’île et une coordination des actions de tous les acteurs autour d’un plan de gestion, qu’on traduira dans la charte du parc national. »

REUTERS