BFMTV

La prime à la casse prolongée, mais amputée

-

- - -

Elle devait s'arrêter fin 2009. Elle sera finalement prolongée jusqu'en 2011. Mais la prime à la casse va diminuer progressivement et les analystes restent sceptiques.

La ministre de l'Economie Christine Lagarde envisage une « sortie progressive [étalée] sur deux années fiscales », de la prime à la casse qui soutient le marché automobile et qui serait donc maintenue jusqu'en 2011.
La prime à la casse, mise en place en décembre, permet à l'acheteur d'une voiture particulière ou d'un utilitaire léger, neuf et peu polluant [émettant moins de 160 grammes de dioxyde de carbone], de bénéficier d'une prime de 1 000 euros, s'il met au rebut un véhicule de plus de dix ans. On estime que depuis le début de l'année, 330 000 véhicules ont été vendus grâce à cette prime.
Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi, a pour sa part souhaité que la prime à la casse soit « remplacée par une prime verte [qui] bénéficierait aux acheteurs de voitures propres », par exemple à partir du deuxième trimestre 2010.

« Un prolongement indispensable, pour protéger les mois à venir »

Alors, si vous voulez acheter une voiture peu polluante, mieux vaut le faire avant la fin de l'année 2009. Parce que dès 2010, la prime à la casse commencera à baisser. Et elle diminuera encore en 2011 pour finalement disparaître. Le gouvernement veut réduire progressivement cette prime pour laisser le secteur automobile s'adapter.
Comme l'explique Yann Lacroix, analyste automobile chez Euler Hermès, « le prolongement de la prime à la casse paraît indispensable pour protéger les mois et années à venir. Parce que si on regarde historiquement, l'arrêt de la prime "Jupette" en 1996, le marché s'était contracté de plus de 20% l'année suivante. Un arrêt brutal aura des conséquences particulièrement dommageables pour les immatriculations, et donc pour la production. Il faut donc effectivement faire quelque chose de progressif, sachant de surcroît que l'année 2010 est marquée de profondes incertitudes. »

« La prime à la casse ne fait que repousser le problème »

Pour les analystes, ça ne règle toutefois pas le problème du secteur automobile français. Pour bénéficier de la prime à la casse, il faut en effet acheter de petites voitures peu polluantes, des modèles en grande majorité construits dans les pays de l'est... Et Guillaume Mouren, analyste automobile chez Xerfi, d'ajouter : « la prime à la casse ne fait que repousser le problème. Ça fait bientôt 2 ans que le marché automobile français est subventionné par l'Etat. Un jour ou l'autre, il va fortement plonger. Nombres d'automobilistes ont déjà renouvelé leur véhicule. On ne peut pas leur demander de le faire indéfiniment. On aura, à un moment ou à un autre, une baisse du marché automobile. C'est aussi une stratégie de communication de la part du gouvernement, pour essayer de limiter ces anticipations d'achats à la fin de cette année 2009, pour que l'effet de la prime continue un minimum sur 2010 et qu'il n'y ait pas une chute brutale en 2010. »

La rédaction, avec Steven Bellery