BFMTV

La fraude coûte 500 millions d'euros par an aux transports publics

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

55% des personnes interrogées reconnaissent qu'ils leur arrive de ne pas payer leur titre de transport.

500 millions d'euros. C'est le coût de la fraude dans les transports publics en France chaque année. Ce chiffre ne prend pas en compte les moyens dépensés pour recouvrer les amendes, les investissements dans les outils de lutte contre la fraude ni même les salaires des contrôleurs.

Les fraudeurs coûtent par exemple 300 millions d'euros par an à la SNCF. 100 millions d'euros par an à la RATP. Globalement, les fraudeurs sont toujours plus nombreux, alors que les contrôles ont augmenté. Sur les 100 millions d'euros de manque à gagner par an, la RATP ne parvient à en recouvrer que 18 millions grâce aux amendes.

Pour la RATP, il faut revoir à la hausse le montant des amendes et punir plus sévèrement les fraudeurs récidivistes. Les chiffres sont tirés d'une enquête réalisée par Keolis, filiale de la SNCF. 55% des personnes interrogées reconnaissent qu'ils leur arrive de ne pas payer leur titre de transport.

"C'est presque un jeu"

Mickael, qui fraude tous les jours, raconte que "c’est un truc de gamin, c’est presque un jeu. Quand je suis pris, je donne ma pièce d’identité qui date un peu, l’adresse n’est pas la bonne. En fraudant, j’économise 1400€ par an".

Un des soucis majeures résident dans les poursuites judiciaires, qui s'engagent au bout de dix contraventions impayése. Un laxisme coupable?

"Notre souhait est de voir réduit le nombre de fraudes qui permettent de déclencher ce délit", souligne Claude Fouchet, président de l'Union des transports. Une autre solution enregistrer les adresses de fraudeur dans un vaste fichier central.

Donnez votre opinion!

Fraude dans les transports: faut-il plus de sanctions?

La rédaction avec Pauline Baduel