BFMTV

La Croix-Rouge, plus que jamais mobilisée

Elle fera la 75ème quête nationale de l'association à Boulogne-Billancourt ce week-end du 23 mai

Elle fera la 75ème quête nationale de l'association à Boulogne-Billancourt ce week-end du 23 mai - -

Pour sa 75e quête nationale et en cette période de crise, la Croix-Rouge compte plus que jamais sur la générosité des Français. Ce week-end du 23 mai, son ambassadrice, Adriana Karembeu et tous ses bénévoles et salariés, sont mobilisés.

Si la quête 2008 a rapporté 4,3 millions d'euros, la Croix-Rouge française souhaite récolter cette année une somme bien supérieure. En temps de crise, la précarité s'intensifie et c'est dans cette perspective que se place le mouvement. De plus, c'est le 150ème anniversaire de cette structure, une des plus importantes organisations humanitaires mondiales. La quête a déjà débuté à Paris depuis quelques jours. Et les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge française se mobilisent samedi 23 et dimanche 24 mai pour collecter le maximum d'argent leur permettant d'aider les personnes défavorisées.

« On est inquiets : le don moyen diminue »

Le Professeur Jean-François Mattei, Président de la Croix-Rouge française, explique comment va sa passer cette 75e quête nationale : « Partout en France, toutes les délégations, départementales, locales [ndlr, il y en a plus de 1000 sur tout le territoire], dans les grandes villes et les petites communes... tout le monde est mobilisé. Car cette année tout particulièrement, nous sommes dans une difficile à cause de la crise. La crise n'est pas qu'un mot abstrait ; nous la rencontrons tous les jours, avec de nouveaux visages : des travailleurs pauvres, des familles monoparentales, des retraités, des jeunes qui joignent difficilement les deux bouts... Et on est inquiets, parce que dès lors qu'il y a eu une prise de conscience de la crise, on a vu une diminution du don moyen à la Croix-Rouge. »

« Les petits gestes font les grandes choses »

Conscient que de nombreux Français connaissent actuellement des difficultés financières qui pourraient freiner leur générosité envers la Croix-Rouge, le Président de la Croix-Rouge française ajoute : « Même quand on est pauvre, il faut savoir qu'il y a toujours plus pauvre que soi et qu'il nous suffit d'1 euro 50 pour offrir un repas à quelqu'un qui n'a pas de quoi manger. C'est l'addition des plus petits gestes qui permet de faire de grandes choses. »

« Quand on collecte à Marseille, c'est pour Marseille »

Comme Adriana Karembeu, ambassadrice de l'association depuis 10 ans, qui sera à Boulogne-Billancourt ce week-end, des milliers de bénévoles et salariés de la Croix-Rouge vont donc sillonner les villes de France. Pour une collecte très « localisée », sur laquelle revient le Professeur Mattei : « Je voudrais insister sur le fait que l'argent rapporté par la quête reste à proximité du lieu de collecte : quand on collecte à Boulogne, c'est pour Boulogne ; quand on collecte à Quimper, c'est pour Quimper ; quand on collecte à Marseille, c'est pour Marseille... Les dons restent dans la délégation qui a collecté. C'est donc de l'argent donné pour vos voisins, ceux qui vous entourent et qui sont dans la difficulté. »

Plus d'infos sur le site internet de la Croix-Rouge, où vous pouvez également faire un don.

La rédaction-Bourdin & Co