BFMTV

La commémoration du 8 mai 1945 a-t-elle encore un sens ?

Plusieurs historiens jugent que la cérémonie devrait être plus tournée vers l'Europe, et moins vers la victoire militaire.

Plusieurs historiens jugent que la cérémonie devrait être plus tournée vers l'Europe, et moins vers la victoire militaire. - -

Commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale, le 8 mai ne plait pas à tout le monde. A l’heure de la réconciliation, beaucoup aimeraient en faire une journée tournée vers l’Europe.

Le 8 mai 1945 marque la date anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe occidentale, avec la capitulation de l'Allemagne nazie. Mais aujourd’hui, 68 ans plus tard, de nombreux Français ne connaissent plus la signification de cette date et certains aimeraient faire évoluer le sens de la cérémonie. Pourtant, la suppression en 1975 de la commémoration du 8 mai au nom de la réconciliation franco-allemande avait créé une vive polémique. A son arrivée au pouvoir en 1981, François Mitterrand l'avait rétablie. En 2013, à nouveau, la question se pose. 

« Il faut l’oublier »

Ainsi, Maurice ne voit plus l’intérêt de commémorer une victoire militaire à l’heure du couple franco-allemand. « Ça me rappelle un mauvais souvenir, la guerre », raconte-t-il sur RMC. « Il faut l’oublier, il faut parler d’autre chose, la paix, la liaison de tous les pays d’Europe ». Rémi Kauffer du magazine Historia, estime aussi qu’il est maintenant possible de passer à autre chose et, tout en maintenant une commémoration, « aller vers une autre signification ». Le journaliste prend ainsi l’exemple de nos voisins : « En Grande Bretagne, les cérémonies honorent les soldats des deux bords qui avaient participé au conflit ».

« Moderniser cette commémoration »

André Kaspi, historien et auteur en 2008 d'un rapport sur la modernisation des commémorations, juge qu’il « serait très utile de moderniser cette commémoration, lui donner une autre signification ». Et lui aussi pense que c’est vers l’Europe qu’il faut se tourner : « Rappeler que l’Europe a été libérée d’un totalitarisme barbare, qui a engendré des millions de morts, et qui annonce une Europe réconciliée avec elle-même et le retour de l’Allemagne dans le camp des démocraties ».

Mathias Chaillot avec Victor Joanin