BFMTV

L'utilisation intensive du smartphone entraîne une mutation du pouce

Un smartphone - Image  d'illustration

Un smartphone - Image d'illustration - www.buynothingnew.org

Selon une étude britannique, le pouce qui sert à utiliser le téléphone, notamment pour balayer l'écran, serait en moyenne 15% plus gros que celui de la main opposée chez les utilisateurs intensifs de smartphones.

Et si les nouvelles technologies avaient un impact direct et visible sur le corps humain? C'est la conclusion tirée par une étude britannique réalisée par l'opérateur téléphonique O2, qui essayait de comprendre l'impact des smartphones sur les habitudes quotidiennes des utilisateurs. Sans surprise, un Britannique sur cinq affirme ne pas pouvoir se passer de son téléphone et parmi eux, 20% expliquent s'endormir smartphone en main. 

Mais, là ou l'étude est encore plus surprenante, c'est sur une mutation physique bien particulière causée par l'utilisation du smartphone. Ainsi, 30% des utilisateurs de smartphones déclarent avoir commencé à constater des changements physiologiques dans leur corps et en particulier au niveau du pouce qui pour 2,5 millions d'individus, serait plus gros sur une main que sur l'autre. 

Traces sur les doigts

Dans le détail, les interrogés détaillent que le pouce qui leur sert à utiliser leur téléphone (balayer l'écran, etc...) serait en moyenne 15% plus gros que celui de la main opposée. Cette différence s'explique par une musculation plus forte du doigt en question. 

"Les smartphones sont devenus une extension de nous-mêmes. Il est difficile de dire où nos mains s’arrêtent et où le combiné se met en marche. Il n’est pas surprenant que notre corps change subtilement pour s’adapter au fait que les téléphones mobiles font de plus en plus partie de nos vies", explique Nina Bibby, directrice du marketing et de la consommation chez O2.

De plus, le pouce n'est pas le seul doigt concerné. Toujours selon la même étude, ils sont 4 millions de Britanniques a estimer que leur petit doigt commence également à changer de forme. A l'intérieur de ce dernier, nombreux sont ceux à avoir constaté une trace et pire, une courbe par rapport au doigt voisin, l'annulaire. 

Dernière particularité, 5% des utilisateurs de smartphones estiment ressentir des "vibrations fantômes", imaginant que leur téléphone les avertit d'un appel ou d'un message dans leurs poches, même lorsque ce n'est pas le cas.
Hugo Septier