BFMTV

L'UFC-Que Choisir porte plainte contre Free Mobile

Free.

Free. - -

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir porte plainte contre Free Mobile pour « pratiques commerciales trompeuses ». Dans une étude, l'association avait pointé « le décalage entre le service promis et la réalité ».

L'association de consommateurs dépose plainte contre le quatrième opérateur de téléphonie mobile pour « pratiques commerciales trompeuses ». Après avoir démontré dans une étude des problèmes de qualité de service du réseau 3G de l'opérateur. Cette étude « met en évidence le manque criant de qualité des services 3G de Free Mobile en itinérance » et pointe « le décalage entre le service promis et la réalité de l’Internet mobile pour les abonnés ».

« Il y a des dysfonctionnements tout à fait anormaux »

Pour Edouard Barreiro, directeur du département « études » de l’UFC-Que Choisir « Les consommateurs n’ont pas le service promis par Free contractuellement. L’opérateur n’a pas un réseau en propre sur toute la France et donc il utilise l’infrastructure d’Orange lorsqu’il n’y a pas d’antenne Free. Par exemple en Ile-de-France, où la couverture de Free est très incomplète, le consommateur est sur le réseau d’Orange, explique-t-il. Et c’est sur ce réseau qu’on se rend compte qu’il y a des dysfonctionnements tout à fait anormaux : le consommateur ne peut pas accéder dans de bonnes conditions –voire pas du tout- à des usages vidéos, ne peut pas écouter de la musique en streaming, avec des applications de type Deezer. Il ne peut tout simplement pas télécharger une application. »
L'UFC accuse l'opérateur de « décourager la consommation de données [internet mobile] pour éviter de payer à Orange [à qui il loue le réseau] une trop grande quantité de données ». En clair : l'UFC accuse Free d'entretenir la mauvaise qualité de son internet sur réseau 3G pour des raisons financières. 

« C’est étonnant d’avoir un réseau à ce niveau-là »

Pour autant, Free n’est pas le seul coupable estime Pierre Fontaine, journaliste à 01.net : « Si on était vraiment connecté à un réseau Free Mobile sur lequel ils ont la main, ils seraient responsables. Mais après effectivement, ça fait un peu plus d’un an qu’ils existent et pour monter un réseau mobile ça ne se fait pas en un an, estime-t-il. Il faut du temps, il faut un investissement, il faut déployer des antennes, c’est même étonnant d’avoir un réseau à ce niveau-là dès maintenant. Il y a encore beaucoup à faire pour qu’il n’y ait plus de problèmes de déconnections, mais c’est un réseau qui marche sur trois jambes et la troisième jambe c’est la béquille Orange ».

La Rédaction, avec Ryad Couto