BFMTV

Kerviel, Sarkozy et "Closer": la semaine de la justice

Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014 à l'inauguration de l'institut Claude-Pompidou, à Nice.

Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014 à l'inauguration de l'institut Claude-Pompidou, à Nice. - Valéry Hache - AFP

BFMTV.com revient sur l'actualité judiciaire marquante des sept derniers jours. Cette semaine, Dieudonné visé par une nouvelle enquête, les militants de Greenpeace qui s’étaient introduits à Fessenheim condamnés, et la justice donne raison à Julie Gayet face à Closer.

Si l'actualité judiciaire cette semaine vous a échappé, BFMTV.com vous propose de vous mettre à la page en un coup d'oeil.

Libération conditionnelle. La Cour d’appel de Paris a accepté jeudi la libération conditionnelle sous bracelet électronique de Jérôme Kerviel. L’ex-trader de la Société générale devrait sortir lundi 8 septembre de la prison de Fleury-Mérogis, après près de cinq mois passés - au total - derrière les barreaux. “Il va reprendre le cours d'une vie tout à fait normale", a indiqué à la presse son avocat, Me David Koubbi, ajoutant qu’une douzaine d’employeurs étaient prêts à embaucher son client. 

Nouvelle affaire? La justice s’intéresse à trois voyages en jet privé effectués par Nicolas Sarkozy entre décembre 2012 et février 2013. Facturés à Lov Group, la société de son ami Stéphane Courbit, ces vols ont été découverts en marge de l’enquête sur un trafic de stupéfiants entre la République Dominicaine et la France, surnommé “Air Cocaïne”. Une juge d’instruction marseillaise a demandé une expertise pour “décrypter et analyser” ces trois voyages de l’ex-président de la République.

Dans l'oeil de la justice. Le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête sur Dieudonné pour "apologie d'actes de terrorisme" après la diffusion sur Internet de sa dernière vidéo, "Feu Foley". Dans cette vidéo, le polémiste ironise sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique. Il qualifie notamment la décapitation de "progrès, d'accès à la civilisation". 

Sursis. En mars, ils s’étaient introduits dans la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) pour dénoncer la menace nucléaire que font peser sur l'Europe les centrales vieillissantes. Jeudi, le tribunal correctionnel de Colmar a condamné 55 militants de Greenpeace à des peines de deux mois de prison avec sursis. Ils ont été reconnus coupables de violation de domiciles, mais ont été relaxés pour les dégradations constatées sur place. 

Gain de cause pour Gayet. Deux responsables de Closer, Laurence Pieau et Carmine Perna, et un paparazzo, Laurent Viers, ont été condamnés mardi à des amendes avec sursis pour avoir publié une photo volée de Julie Gayet au volant de sa voiture le 17 janvier, une semaine après la publication des photos qui ont révélé la liaison de l'actrice avec François Hollande.

Violette Robinet