BFMTV

Kerviel : "J'irai au bout, je n'ai plus rien à perdre"

-

- - -

Dans un entretien aux "Inrockuptibles" publié ce mercredi, l'ancien trader Jérôme Kerviel, condamné pour les pertes record de la Société Générale, explique vouloir aller "jusqu'au bout" pour se défendre.

L’ancien trader Jérôme Kerviel ne désarme pas. Condamné en appel à trois ans de prison ferme et 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts pour les pertes record subies en 2008 par la Société Générale, il dit vouloir aller "jusqu'au bout" pour se défendre, et ce même si pour la banque l’affaire serait réglée.

"J'admets que les positions prises étaient totalement extravagantes et folles (...) Oui, je suis parti dans une spirale. Oui, j'ai pété un plomb. Oui, je suis parti dans un truc complètement extravagant", concède le trader interrogé par le journaliste Denis Robert pour les Inrockuptibles. "Mais, ajoute-t-il, j'ai fonctionné avec les codes qui m'avaient été inculqués par mes supérieurs et mes collègues". "Les actes qui me sont reprochés, certains je dis oui, je les ai faits. Mais sous le contrôle et avec l'accord de ma hiérarchie", martèle-t-il.

L'ancien trader rappelle avoir engagé plusieurs fronts pour sa défense, avec son pourvoi en Cassation contre l'arrêt de la cour d'appel de Paris qui a confirmé sa condamnation de première instance, mais aussi avec les plaintes déposées contre la banque pour "faux et usage de faux et "escroquerie au jugement", pour tenter de rouvrir le dossier.

"Je suis à 100% sur mon dossier, je suis obnubilé. J'espère que ce sera cassé", dit-il. Et, s'il est malgré tout condamné, il dit qu'il partira à l'étranger après avoir purgé sa peine. "C'est une course contre la montre. La cassation sera réglée au plus tard à la fin du premier semestre 2014. Mais cela peut venir avant", précise-t-il.

Pour la Société Générale, l'affaire est déjà réglée: "Oui, mais moi je leur dis que ce n'est pas réglé", prévient Jérôme Kerviel. "Je continue à me débattre. J'irai au bout du truc, je n'ai plus rien à perdre de toute façon".

La rédaction