BFMTV

"Je suis détruite": le calvaire de Marion, victime de violences conjugales pendant 40 ans

Son mari a été interpellé en octobre, après son dépôt de plainte. Il devrait être jugé l’année prochaine.

40 ans en enfer. Pendant de longues années, Marion est restée en couple avec un mari violent, sans tenter de fuir. Interrogée par BFMTV en cette Journée internationale pour la fin des violences faites aux femmes, son témoignage jette une lumière crue sur le quotidien de trop nombreuses femmes, rythmé par la violence morale et physique de leur conjoint.

Quand elle épouse Julien, Marion est alors âgée d’un peu plus de 20 ans. Très vite, le couple a deux enfants et acquiert une situation financière confortable. Commence alors une longue descente aux enfers.

"On a toujours vécu dans la peur avec lui, inavouée bien sûr. Quand il rentrait du boulot et qu’il posait ses clés, on savait si on allait passer une soirée épouvantable, que ça allait hurler, ou si ça allait être tout l’inverse", se souvient-elle.

"Je suis détruite"

Son quotidien est jalonné de coups, mais aussi d'insultes et de brimades. Un harcèlement moral qu'elle juge encore plus insupportable que les agressions physiques.

“La douleur psychologique, le harcèlement moral et physique, ça fait beaucoup plus de dégâts. Moi, je suis détruite”, explique Marion.

L’inaction de l’entourage

Les changements d’humeur constants de Julien empêchent la victime de le quitter, ou même de porter plainte. Marion va vivre à ses côtés durant quatre décennies.

"C’est difficile d’avoir quelqu’un en face de soi, qui est l’homme de votre vie et le père de vos enfants, qui est Docteur Jekyll et Mister Hyde", explique-t-elle.

Elle raconte les volte-faces comportementales de son agresseur et le silence pesant de son entourage.

"Dès qu’il sentait qu’il avait été trop loin, c’était quelqu’un de merveilleux en face. Et vous avez honte. Tout le monde le voyait autour de nous, mais personne ne le dénonçait car moi-même je ne le dénonçais pas", poursuit-elle.

Un dépôt de plainte après 40 années de violences

Mais le 3 octobre 2021, tout change. Ce jour-là, Marion décide, pour la première fois en 40 ans, de répondre à son bourreau.

"Je lui ai dit 'Ca suffit maintenant, tu reprends ton calme, je n’ai pas peur de toi'. Et là, ça a été des violences, je m’en souviens à peine"

Cet énième déchainement de violences sera l'élément déclencheur: Marion décide d'aller porter plainte. Quelques jours plus tard, son mari est interpellé. Il sera jugé l’année prochaine.

Dimanche, Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, a tenu à défendre l’action du gouvernement en matière de lutte contre les violences faites aux femmes., mettant en avant "les quatre lois en quatre ans pour améliorer le droit des femmes."

"Il faut maintenant que cela descende sur le terrain", appelle de ses voeux la ministre.

En 2020, 102 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon. De nombreuses manifestations sont organisées partout en France ce jeudi 25 novembre.

Violences faites aux femmes: comment alerter?

Appeler le 3919
Appeler le 17
Par SMS au 114
Sur internet http://ArretonsLesViolences.gouv.fr/

Mélanie Vecchio et Florian Rivet, avec Jules Fresard