BFMTV

Lozère: le village de Chirac a disparu

De nombreux touristes venaient se photographier devant le panneau d'entrée de la ville.

De nombreux touristes venaient se photographier devant le panneau d'entrée de la ville. - Capture Streetview

Pour se mettre en conformité avec la loi du 16 mars, qui vise à améliorer le régime de la commune nouvelle, les deux villages de Chirac et Monastier-Pin-Moriès ont fusionné pour créer Bourgs-sur-Colagne.

En 2016, Chirac n'est plus. Qu'on se rassure, il ne s'agit pas de l'ancien président de la République, dont les soucis de santé ont marqué l'actualité ces dernières semaines, mais de la commune homonyme, en Lozère. Pour se mettre en conformité avec la loi du 16 mars 2015, relative à l'amélioration du régime de la commune nouvelle, la ville de Chirac a fusionné avec celle de Monastier-Pin-Moriès.

Avec cette fusion, comme l'explique France Bleu Gard Lozère, les deux communes vont disparaître administrativement et seront regroupées sous un nom: Bourgs-sur-Colagne. Adieu donc Chirac et ses 1.204 Chiracois, et Monastier-Pin-Moriès et ses 949 Monastiériens.

Renommée nationale

Si ce rapprochement entre les deux communes va permettre à la nouvelle entité de récupérer 100.000 euros de dotation de l'Etat, la fusion ne plaît pas à tout le monde, à commencer par les principaux intéressés, les habitants les plus anciens de Chirac.

"Ca va nous manquer", confie Léon, le buraliste, à France Bleu. "Premièrement, j'y suis né et deuxièmement j'y ai vécu toute ma vie". Une autre habitante explique l'attachement au nom de Chirac "parce que nous sommes originaires d'ici". 

Mais au-delà du village, c'est tout un pan de l'histoire locale qui va disparaître. Les habitants en ont vu, des touristes venir se prendre en photo à côté du panneau d'entrée du bourg, ou d'autres venant acheter des cartes postales de la ville marquées "Chirac", pensant à un lien avec l'ancien chef d'Etat. Surtout que ce dernier est aujourd'hui considéré par les Français comme le président le plus sympathique.

J.C.