BFMTV

Chine: il coupait les cordes vocales des chiens "bruyants"

L'attitude envers les animaux a évolué en Chine alors que le nombre d'animaux domestiques augmente et que la classe moyenne se développe rapidement

L'attitude envers les animaux a évolué en Chine alors que le nombre d'animaux domestiques augmente et que la classe moyenne se développe rapidement - Johannes EISELE, AFP/Archives

L'homme, qui se disait vétérinaire, réalisait en pleine rue et sans autorisation une "dévocalisation" sur des chiens jugés trop bruyants. Il fait désormais l'objet d'une enquête.

Un homme qui se présentait comme "vétérinaire" fait l'objet d'une enquête en Chine pour avoir retiré en pleine rue les cordes vocales de chiens jugés "bruyants" par leur propriétaire, ont annoncé ce lundi les autorités.

Un quotidien de Chengdu, situé dans le sud-ouest du pays, a diffusé ce dimanche une vidéo montrant le chirurgien autoproclamé utilisant de longs ciseaux pour réaliser ces ablations sur des canidés, préalablement anesthésiés et dont la gueule est maintenue ouverte par des ficelles.

Le praticien n'avait pas le permis nécessaire à l'intervention

Le quotidien souligne que le praticien réalisait ces interventions sur une simple table en bord de rue. La vidéo montre à ses pieds un trottoir maculé de sang. Selon le média, le "vétérinaire" ne lavait pas ses instruments entre deux opérations.

Le retrait partiel de tissus des cordes vocales, appelé "dévocalisation", est une intervention chirurgicale répandue, utilisée afin de réduire le volume sonore des aboiements de chiens. L'homme, nommé M. Zeng, n'avait pas le permis nécessaire pour réaliser l'intervention, a indiqué le bureau local de l'agriculture et des forêts.

6 à 10 euros demandés pour chaque intervention

Son commerce a été fermé par les autorités et il fait désormais l'objet d'une enquête. Les clients interrogés par le Journal économique de Chengdu ont expliqué avoir eu recours aux services du vétérinaire car leur chien était trop "bruyant", ce qui avait suscité les critiques de leurs voisins.

M. Zeng demandait pour chaque intervention de 50 à 80 yuans (6 à 10 euros) suivant la taille de l'animal.

S.Z avec AFP