BFMTV

25 ans après la chute du Mur, Lénine refait son entrée dans Berlin

Des ouvriers déplacent la tête d'une statue à l'effigie de Lénine, le 10 septembre 2015 à Berlin

Des ouvriers déplacent la tête d'une statue à l'effigie de Lénine, le 10 septembre 2015 à Berlin - Tobias SCHWARZ, AFP

Chassé à l'automne 1991, deux ans après la chute du Mur, Lénine a fait son grand retour à Berlin jeudi matin. Ou tout du moins la tête de la statue du dirigeant communiste, qui dominait la "Leninplatz" de Berlin-Est, rapatriée pour les besoins d'une exposition.

Vingt-cinq ans après la chute du Mur, Lénine a fait un retour remarqué jeudi à Berlin où la tête d'une immense statue à son effigie a été déterrée et transportée sur un camion à travers la ville.

La tête, un crâne géant d'1,70 m et de 3,5 tonnes qui était enterré depuis plus de vingt ans dans un bois au sud-est de Berlin, va devenir une pièce de choix dans l'exposition permanente que Berlin va consacrer aux figures clés de la tumultueuse histoire allemande, appelée "Uncovered: Berlin and Its Monuments".

La tête du révolutionnaire russe a été déterrée dans la matinée par des ouvriers qui l'ont ensuite hissée à l'aide d'une grue sur un camion. Elle a ensuite entamé son trajet à travers la capitale allemande pour rejoindre le lieu de l'exposition, à l'ouest de Berlin, dans une ancienne citadelle transformée en musée.

L'image de ce crâne circulant dans Berlin fait irrésistiblement penser à la scène du film "Good Bye Lenin" (2003), lorsque la tête, suspendue à un hélicoptère, survolait Berlin-Est, juste après la chute du Mur.

Initialement, le crâne faisait partie d'un monument réalisé par Nikolai Tomski, président de l'Académie soviétique des Arts, représentant un Lénine en pied sur fond de drapeau rouge. Il mesurait 19 mètres de haut.

Une entreprise compliquée

Inauguré le 19 avril 1970, trois jours avant le 100e anniversaire de la naissance de Lénine, il était resté 31 ans sur une place portant le nom du révolutionnaire. Son démontage a été ordonné à l'automne 1991. Le monument, en 120 morceaux, sera finalement enterré dans une zone forestière protégée à l'extrême sud-est de la ville, en un symbole de l'ensevelissement de la République démocratique allemande (RDA).

Son excavation s'avèrera compliquée: il y a un an, la ville de Berlin a même failli jeter l'éponge, disant ne plus savoir où elle se trouvait précisément. Mais un documentariste américain, Rick Minnich, qui avait partiellement déterré la tête au début des années 90, a alors contacté la presse locale, disant savoir où elle était. Les autorités berlinoises ont alors donné leur feu vert pour la "résurrection" de Lénine.

Mais les travaux ont ensuite encore été retardés par la découverte dans la zone de la présence d'un petit lézard des souches, une espèce protégée qui a dû être minutieusement évacuée.

La rédaction avec AFP