BFMTV

Impôt sur le revenu : 200 000 foyers de plus vont payer

-

- - -

100 000 à 200 000 foyers jusqu'ici dispensés d'impôt sur le revenu devront, en septembre, envoyer un chèque au fisc. Et « un grand nombre de contribuables vont voir leur impôt augmenter », prévient le syndicat national unifié des impôts (SNUI). C'est la conséquence de la non-prise en compte de l'inflation dans le calcul de l'impôt.

Dans le cadre du 2e plan de rigueur de novembre dernier, le gouvernement a gelé le barème de l'impôt sur le revenu, pour 2012 et 2013. Une vraie rupture car depuis 40 ans, la grille sur laquelle repose le calcul de l'impôt était révisée chaque année pour tenir compte de l’inflation. Or, en 2011 l’inflation a été de 2,1%.

« Une augmentation généralisée de l'impôt sur le revenu »

Conséquences : 100 000 à 200 000 foyers vont payer l'impôt pour la première fois cette année ; de nombreux contribuables pourraient changer de tranche, et plus généralement, ceux qui ont gagné plus d'argent en 2011 paieront plus en 2012. C'est en septembre, en recevant leur avis d'imposition, que la plupart des Français vont découvrir le changement.
« Le gel du barème a un effet mécanique : cela conduit à une augmentation généralisée de l'impôt sur le revenu, explique Vincent Drezet, secrétaire national du syndicat national unifié des impôts (SNUI). Un grand nombre de contribuables qui aujourd’hui payent des impôts, vont voir leur impôt augmenter à partir du moment où leur salaire aura légèrement évolué en fonction de l’inflation. Le niveau d’imposition va augmenter. […] Il y a 36 millions de foyers fiscaux, dont un peu plus de 19 millions payent l’impôt sur le revenu. On devrait passer les 20 millions probablement l’année prochaine, du seul fait de ce gel du barème ».

+3,5% pour l’Etat…

Et ce gel du barème devrait rapporter 1,7 milliard d’euros supplémentaires pour l’Etat en 2012. Et le double en 2013, soit 3,4 milliards d’euros. « Soit une augmentation du rendement de l’impôt sur le revenu de 3,5% ; ce qui n’est pas négligeable », souligne Vincent Drezet.

La Rédaction