BFMTV

Il s’essuie avec le drapeau français

Et vous, êtes-vous choqué ou amusé par cette photo ?

Et vous, êtes-vous choqué ou amusé par cette photo ? - -

La photo d’un homme utilisant le drapeau tricolore comme du papier toilette, fait scandale. Son auteur s’explique. Et vous, êtes-vous choqué par ce cliché ?

Ce cliché a été distingué par un "Coup de cœur" du jury du Marathon Photo de la Fnac, organisé à Nice le 6 mars dernier. La photo concourrait dans la catégorie "politiquement incorrect". Face aux plaintes de plusieurs clients, la Fnac a retiré la photo du concours, avec l'accord de l'auteur.
Mais, publié en une de l'édition locale du quotidien Métro le 19 mars, le cliché a déclenché une levée de boucliers de plusieurs élus UMP. L'affaire est remontée jusqu'au Premier ministre. Et Michèle Alliot-Marie, la garde des Sceaux, demande que des poursuites pénales soient engagées contre ce type de comportement "intolérable". Dans le forum ci-dessous, dites-nous ce que vous pensez de cette photo et de la polémique qu’elle suscite !

«Je n’ai jamais voulu offenser mon pays»

Le premier surpris par « tout ce qui se disait sur Internet », l’auteur de la photo, Frédéric Laurent, assure qu’il n’y a, « derrière cette photo, aucune provocation politique » : « à aucun moment, je n’ai voulu offenser mon pays. D’ailleurs, quand la Fnac m’a appelé, j’ai tout de suite été d’accord pour la retirer de l’exposition. Je ne veux pas que ça fasse de polémique. »

Bientôt un PV pour ce type de comportement ?

Quant à savoir si ces poursuites peuvent aboutir, cela semble un peu compliqué et beaucoup de questions se posent. D’abord, qui poursuivre : l'auteur de la photo, la FNAC organisatrice de l'évènement, le jury qui l'a distinguée ou le journal Métro qui l'a publiée ?
Ensuite, sur quoi baser la plainte ? La loi sur la sécurité intérieure de mars 2003 punit de 7.500 euros d'amende l'outrage au drapeau tricolore, mais le texte précise : « au cours d'une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques » ; ce qui n'est pas le cas ici. Par ailleurs, le procureur de la République de Nice, Eric de Montgolfier, déjà saisi de l'affaire, l'a classée, les "œuvres de l'esprit" étant exclues du champ de la loi. Du coup, Michèle Alliot-Marie réfléchit à la création par décret d'une contravention de cinquième classe qui permettrait de sanctionner ce type de comportement...

Les élus UMP des Alpes-Maritimes n'en demandent pas tant, satisfaits d'avoir créé le buzz. Comme l’explique Charles-Ange Ginesy, le député qui a fait remonter l'affaire jusqu'à François Fillon : « On m’a dit : mais pourquoi avez-vous saisi le Premier ministre ? Vous avez choisi la bombe atomique pour tuer une mouche !
Je ne regrette pas cette démarche, qui a donné une importance forte à cette affaire, pour que ça ne se reproduise plus. Il faut que nos jeunes générations apprennent à respecter les valeurs de la République, et le drapeau en fait partie ».