BFMTV

Il consacre ses vacances à coiffer gratuitement les SDF

Dati Kouch a profité de sa semaine de vacances pour venir en aide aux SDF parisiens. C'est après avoir vu une vidéo d'un coiffeur newyorkais offrant ses services aux sans-abris pendant ses jours de congés que ce coiffeur barbier de 26 ans a eu envie de faire de même.

A 26 ans, il aurait pu passer ses vacances au soleil ou à faire la fête. Dati Kouch a préféré "aider son prochain". Ce jeune coiffeur a en effet décidé de fermer son salon de La Roche-sur-Yon, en Vendée, pour sillonner pendant une semaine les rues de la capitale à l'aide de sa tondeuse et de ses ciseaux. Il coiffe et taille la barbe des sans-abris gratuitement.

"L'idée m'est venue d'un coiffeur barbier qui faisait ça aux Etats-Unis", explique le jeune Nantais. "Je me suis dit pourquoi pas moi".

Sans abri depuis trois mois, Gaël "trouve ça remarquable d'avoir de personnes qui viennent se présenter à nous". Entre deux coups de ciseaux, Dati offre surtout un peu d’attention et beaucoup d’humanité.

"C'est grâce à des gens comme ça qu'on arrive à avancer et à relever un peu la tête", abonde Jayson, à la rue depuis trois ans. Ce SDF de 19 ans se réjouit de la "coupe de jeune" que lui a faite Dati.

De nombreux relais sur les réseaux sociaux

Ce jeune patron n'est pas seulement armé de son attirail du parfait coiffeur. Avec ses deux amis, il diffuse largement sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) des photos et des vidéos de son action. Il se défend de chercher "le buzz" mais veut simplement "diffuser un message de solidarité à travers toute la France". Et se dit touché par les messages de soutien qu'il reçoit.

Dati espère désormais que son initiative fera des émules sur tout le territoire, chez ses confrères coiffeurs, ou encore chez les restaurateurs.

Il assure qu'il renouvellera l'opération près de chez lui et pourquoi pas ailleurs en France voire en Europe: "Voir leur sourire, ça donne envie de continuer. Ces personnes en ont besoin, si on peut leur tendre la main, il ne faut pas hésiter".

K. L. avec Abdrahmane Sall