BFMTV

Huguette vit avec 40 chats en zone inondable et se retrouve menacée d'expropriation

Huguette vit seule avec ses 40 chats. Cette retraitée sans enfant ni famille refuse de quitter sa propriété située en zone rouge inondation à Ners dans le Gard.

Depuis 10 ans, un bras de fer se joue entre Huguette, 88 ans, et l'Etat. En cause, sa maison de 300 m2 et son terrain de 7.000 m2 situés à deux pas du lit du Gardon, en zone rouge inondation. En 2002, ce sont 2.50 mètres d'eau qui ont envahi son rez-de-chaussée, "en 1958 (…) il y avait 2.80 mètres dans ce secteur-là", explique Olivier Delcayrou, sous-préfet d'Alès dans le Gard, à BFMTV. En 2002 justement, les crues ont entraîné la mort de 23 personnes, raison pour laquelle l'Etat a décidé d'ouvrir une procédure de relocalisation des victimes d'inondation et de personnes en situation de risque, d'après France Bleu Gard Lozère.

"Je veux mourir tranquille dans la maison de mes grands-parents maternels"

Pourtant, l'Etat a offert 585.000 euros à Huguette si elle accepte de quitter sa propriété. Une somme qu'elle a refusée. "Je ne demande pas d'argent, je ne demande rien, je veux qu'on me laisse tranquille, je veux mourir tranquille dans la maison de mes grands-parents maternels", supplie la retraitée.

Car ce qui compte pour Huguette, davantage que l'argent, ce sont les souvenirs. "Ici c'était la grande salle à manger où il y avait mon grand-père d'un côté, ma grand-mère de l'autre et puis il y avait les trois filles avec leur mari et leurs enfants", explique-t-elle. Cette maison familiale, son grand-père l'a construite en 1922 et y est mort des années plus tard. Elle, l'habite depuis 1990, après avoir vécu et travaillé à Paris pendant 40 ans en tant qu'assistante de production pour le cinéma, révèle France Bleu Gard Lozère.

"Les carottes sont cuites"

Pour s'en sortir, la retraitée a fait appel à un avocat, Maître Jacques Laporte de Nîmes.

"Madame Gras a requis mon aide beaucoup trop tardivement. Au stade de l'enquête publique administrative, il y a un an, il était possible de faire quelque chose, de trouver un vice de procédure, il y en a toujours, afin d'annuler l'arrêté d'expropriation. Mais aujourd'hui, les carottes sont cuites. Tout ce que je peux faire est de défendre au mieux les intérêts de madame Gras pour une indemnisation la plus juste possible. Le juge rendra sa décision sur son montant, sans doute à la baisse, courant janvier 2017", a-t-il confié à la rédaction du Midi Libre.

Comme Huguette, 40 autres propriétaires refusent de quitter leur domicile, situé en zone inondable. 305 constructions ont été acquises à l'amiable au 1er mars 2015, dont 221 ont été démolies, dans tout le département du Gard pour 51 millions d'euros, d'après France Bleu Gard Lozère.

Astrid Landon