BFMTV

Hépatite C: les ministres européens en guerre contre le coût du Sovaldi

Croix lumineuse d'une pharmacie. (Illustration)

Croix lumineuse d'une pharmacie. (Illustration) - DR

A plus ou moins 50.000 euros la cure de trois mois en fonction des pays, le Sovaldi monnaie à prix d'or ses 90% de guérisons de l'hépatite C. Les ministres de la Santé européens se réunissent à Milan lundi et mardi pour négocier une baisse de tarif avec Gilead, son fabricant.

De 44.000 euros au Royaume-Uni et jusqu'à 56.000 euros en France la cure de trois mois pour un malade, le Sovaldi, des laboratoires Gilead, fait payer au prix fort son efficacité. Ce médicament "miracle" qui guérit neuf malades sur dix de l'hépatite C représente un coût considérable pour les systèmes de santé. Les ministres de la Santé européens se réunissent de manière informelle à Milan lundi et mardi pour négocier une baisse de tarif avec le fabricant, indiquent Les Echos.

Une facture 800 millions pour l'Assurance maladie

Pour un médicament qui coûte 2,50 euros à fabriquer, le Sovaldi grève de façon très importante le budget de l'Assurance maladie. Depuis le début de l'année, la facture s'élève déjà à 300 millions. Sur toute l'année, pour soigner les quelque 15.000 patients, la dépense pourrait être supérieure à 800 millions d'euros alors que le budget total de la branche maladie est de 24 milliards d'euros. En ces temps de réduction des dépenses de santé, ce surcoût n'est pas du goût du Comité économique des produits de santé qui est en première ligne sur ce dossier et dont la mission est de fixer, en France, le prix des médicaments. L'objectif était en, juillet dernier, d'atteindre un coût plus acceptable compris entre 15.000 et 25.000 euros.

Un député socialiste veut privilégier un autre traitement

Une autre piste pourrait cependant mettre à mal ces négociations. Le député socialiste Gérard Bapt, membre de la Commission des Affaires sociales à l'Assemblée, s'étonne dans un courrier adressé à l'Agence nationale de sécurité du médicament qu'un concurrent au Sovaldi, l'association de Viekirax et Exviera du laboratoire AbbVie, n'est pas encore bénéficié d'une autorisation temporaire de mise sur le marché. Pourtant assure le député, les deux produits "sont d'efficience comparable pour les patients, avec un taux de guérison de 90 à 100%". Reste que ce traitement n'a pas encore été homologué.

Pour sa défense, Gilead justifie de faire payer les riches pour aider les pauvres et indique qu'il a autorisé une version générique du Solvadi dans 91 pays en développement. Le directeur de Gilead France cité par Les Echos rapporte aussi le coût du traitement sur 20 ou 30 ans et l'établit à 2.000 euros par an. Une logique que les ministres auront sans doute à cœur de discuter.

David Namias