BFMTV

Hauts-de-Seine: une mairie envoie des cartes de voeux à pile, "une catastrophe environnementale" selon l'opposition

Le coût de ses cartes, équivalant à 5 euros l'unité, a également fait l'objet de critiques lors du dernier conseil municipal.

La mairie de Puteaux dans les Hauts-de-Seine a présenté ses voeux en envoyant aux habitants une carte s'illuminant à l'aide de piles boutons. Une démarche vivement contestée par l'opposition, selon Le Parisien ce jeudi.

Il faut trois piles boutons pour illuminer chacune des 26.000 cartes de voeux distribuées par la Ville.

"Près de 80.000 piles au total"

C'est "près de 80 000 piles au total. Une catastrophe environnementale, quand on sait que les piles ne se dégradent qu'en 200 ans et qu'à peine la moitié est recyclée", déplore le conseiller municipal (Génération. s) Francis Poézévara, candidat aux élections municipales. 

Le conseiller a également invité sur les réseaux sociaux les habitants à déposer les piles au marché ce dimanche.

Le mouvement écologiste Printemps Putéolien a rappelé sur Twitter que des points de collectes étaient à disposition des habitants.

130.000 euros de budget

Ces cartes de voeux avaient déjà fait l'objet de plaintes pendant le dernier conseil municipal, où certains opposants dénonçaient un coût trop onéreux. 

"130.000 euros pour une carte imprimée à 26.000 exemplaires, cela fait 5 euros l'unité", "un simple message de vœux dans le journal municipal, sur le site de la ville et sur ses réseaux sociaux aurait suffi", selon Christophe Grébert, opposant sans étiquette politique, pour qui c'est "un coût d'argent public et une pollution dont les contribuables et la planète auraient pu se passer en 2020". 

L'opposant avait déjà critiqué cette initiative sur les réseaux sociaux. "Une pensée pour les pauvres de #Puteaux", avait-il écrit sur son compte Twitter.

Selon la maire LR de la Ville, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui juge la carte "très jolie", le sujet provoque l'indignation des opposants tous les ans. 

"C'est le même montant que l'année dernière", "ça fait onze ans que vous parlez de la même chose, onze ans qu'on attend les mêmes réponses aux mêmes questions… ", avait-elle souligné.

Interrogée par le Parisien, la mairie de Puteaux ne s'est pas exprimée à propos des conséquences écologiques. 

Alexandra Jaegy