BFMTV

Touraine reçoit les sages-femmes: portrait et colère de Caroline

Caroline, sage-femme de 29 ans, attend avec impatience la décision de la ministre de la Santé sur le statut des sages-femmes.

Caroline, sage-femme de 29 ans, attend avec impatience la décision de la ministre de la Santé sur le statut des sages-femmes. - -

La ministre de la Santé reçoit vendredi matin les représentants des sages-femmes pour leur soumettre ses propositions. Elles sont en grève depuis deux mois et demandent un statut de praticien médical. BFMTV a rencontré l'une d'elles, épuisée mais déterminée.

Marisol Touraine reçoit vendredi à 9h30 les organisations de sages-femmes. Cela fait deux mois qu'elles sont en grève pour la reconnaissance du statut de praticien médical. BFMTV a rencontré Caroline, aujourd'hui épuisée par deux mois de combat acharné, mais plus déterminée que jamais.

La jeune femme de 29 ans ne conçoit pas un refus de la part de la ministre de la Santé. "Après tant de mécontentement, tant de courriers envoyés directement au ministère, par les maires, par les sénateurs, il n'y a plus qu'à signer, il n'y a plus qu'à dire "oui"", résume-t-elle.

Statut médical

Ce que les sage-femmes attendent, c'est un statut médical, le droit d'être autonome et de prescrire. Elles veulent ainsi accéder au statut de praticien hospitalier, comme les médecins.

Depuis deux mois, elles luttent dans la rue. Aujourd'hui, elles sont exténuées. "J'ai atteint le stade où je n'en peux plus, je suis épuisée", témoigne ainsi Caroline, qui est en arrêt maladie. "Il y a eu ces deux mois de grève, qui sont difficiles en eux-mêmes". Et puis "ça prend du temps de se mobiliser d'informer les collègues, d'essayer d'informer la population, d'essayer d'alerter les médias, de discuter avec les politiques".

La jeune femme dénonce également le "mépris" dans lequel le mouvement des sages-femmes a été reçu: "Moralement c'est très difficile".

Malgré la fatigue et le découragement, Caroline est déterminée. Elle l’assure, elle ne cèdera pas, tant que la ministre n’aura pas répondu favorablement à leurs revendications.

Deux scénarios

La ministre de la Santé Marisol Touraine doit arbitrer entre deux scénarios et annoncer son choix vendredi matin. D'un côté, la création d'une filière médicale sages-femmes dans la fonction publique hospitalière "qui permet de conserver les avantages et attributs de la fonction publique".

De l'autre, la création d'un statut de praticien en maïeutique qui donne "plus de flexibilité" aux sages-femmes en leur permettant par exemple de travailler à la fois à l'hôpital et en libéral. Les salaires seraient identiques quel que soit le statut.

"J'ai fait des propositions pour que soit reconnu le statut médical des sages-femmes à l'hôpital soit dans le cadre de la fonction publique hospitalière, soit à l'extérieur, mais dans la perspective de reconnaissance du métier de sage-femme comme profession médicale", a indiqué la ministre jeudi.

M. R. avec Sophie Hébrard et Adrien Espinosa