BFMTV

Grève: les partiels reportés ou suspendus dans plusieurs universités parisiennes

Dès la semaine dernière, des étudiants avaient lancé des pétitions pour tenter de faire annuler les partiels de janvier.

Alors que des étudiants ont bloqué plusieurs universités de Paris ce lundi matin pour protester contre la tenue des examens alors que la grève des transports se poursuit, certains établissements ont décidé de reporter les partiels. 

Dès la semaine dernière, des étudiants avaient lancé des pétitions pour tenter de faire annuler les partiels de janvier. Face à leur maintien, certains ont décidé de bloquer leurs établissements ce lundi matin en soutien aux étudiants qui ne pouvaient pas se déplacer. 

Partiels suspendus à Paris IV

"Le président de l'université a fait comme si de rien n'était en maintenant les examens comme s'il n'y avait aucun problème. Il y a juste eu un message sur le site de la fac pour dire que les partiels étaient maintenus", s'indigne Antonin, étudiant à l'université de la Sorbonne, sur notre antenne.

Au sein des établissements du groupe Sorbonne Université, des étudiants ont installé des barricades devant les sites Sorbonne, Michelet, Clignancourt et Malesherbes. Ils ont obtenu gain de cause. Après avoir annulé les examens de la journée, l'université a annoncé la suspension de l'ensemble des partiels de janvier. 

A Nanterre, les élèves invités à dormir sur place

Un appel au blocage avait aussi été lancé à l'université de Nanterre. Ce lundi soir, la direction de l'établissement assure que "tous les examens prévus ce jour ont eu lieu", même si "une trentaine d'étudiants sont passés dans un amphithéâtre pour essayer de mobiliser les étudiants".

Dans un tweet publié dimanche, le président de l'université, Jean-François Balaudé, avait expliqué que les partiels de décembre avaient déjà été déplacés et que l'université ne pouvait "faire davantage, sauf à rallonger l'année universitaire, ce dont personne ne veut". Il a néanmoins tenté de rassurer ses étudiants en promettant une tolérance certaine à l'égard des retards et absences.

Des mesures exceptionnelles ont aussi été prises comme l'ouverture du gymnase "à compter de lundi soir, pour permettre aux étudiant.e.s qui le souhaitent d'y dormir", a-t-il affirmé sur Twitter.

Une annonce accueillie avec scepticisme et ironie par les étudiants qui n'ont pas manqué de railler cette mesure sur les réseaux sociaux. 

Les examens reportés d'une semaine à Paris 1

Certaines universités parisiennes, dont l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), avaient anticipé les difficultés liées à la grève et annoncé un report des examens qui devaient débuter dès ce lundi.

"Les 45.000 étudiants passeront leurs examens en bonne et due forme à partir du lundi 13 janvier et ils seront étalés sur trois semaines", a expliqué le président de cette université, Georges Haddad.

A l'université Paris Diderot (Paris 7), une pétition a été diffusée par des étudiants qui s'inquiètent particulièrement du maintien des partiels le 9 janvier prochain, journée de mobilisation intersyndicale.

Cyrielle Cabot avec AFP