BFMTV

Grand Paris: les départements de petite couronne ne seront pas supprimés

Les départements de la petite couronne ne vont pas être supprimés dans le cadre de la réforme du Grand Paris

Les départements de la petite couronne ne vont pas être supprimés dans le cadre de la réforme du Grand Paris - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Selon les présidents des sept conseils départementaux d'Ile-de-France, le gouvernement a renoncé à son projet de suppression des départements de petite couronne, initialement envisagé dans le cadre de la réforme du Grand Paris.

C’est un grand soulagement. Dans un communiqué publié ce mardi, les présidents des sept conseils départementaux d'Ile-de-France annoncent que les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) ne seront pas supprimés. Une piste pourtant envisagée par l’exécutif il n’y a encore pas si longtemps.

Seulement voilà, le gouvernement aurait finalement renoncé à ce projet inscrit dans un rapport que lui a remis le préfet d’Ile-de-France, Michel Cadot, fin 2017 pour alléger le millefeuille territorial dans le cadre de la réforme de la Métropole du Grand Paris.

"’Nous ne voulons pas supprimer les Départements’. Avec ces quelques mots, la Ministre chargée de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, a confirmé l’abandon du projet de suppression des Départements franciliens", se réjouissent les représentants de ces derniers dans le communiqué.

Les départements restent inquiets pour leurs ressources

Ainsi, c’est au cours d’une réunion organisée autour d’Elisabeth Borne, du Préfet de Région, des représentants des sept départements franciliens et de la ville de Paris que la ministre en charge de la Cohésion des territoires a fait cette annonce "après plus d’une année d’incertitudes quant au devenir des services publics départementaux".

"Cet abandon résulte -nous en sommes convaincus- de la mobilisation des habitants, des Maires, des agents départementaux et des élus des 7 Département franciliens", soulignent les auteurs du communiqué.

Ils disent néanmoins rester "inquiets quant aux ressources des collectivités et singulièrement celles des Départements", pointant les niveaux records atteints par "les contraintes budgétaires" qui "constituent désormais la menace la plus forte contre les politiques publiques originales qu’(ils) défendent".

Et d’ajouter: "Vendredi dernier, au cours de cette réunion présidée par le Préfet Cadot, le Gouvernement a tenté de prélever à nouveau les ressources départementales… pour financer le projet d’intérêt national, porté par un établissement public d’État: le Grand Paris Express! Unanimement, les 8 Départements franciliens ont rejeté cette proposition".
Paul Louis