BFMTV

Gironde : pas de menu de substitution sans porc à la cantine d'Arveyres

Gironde : pas de menu de substitution sans porc à la cantine

Gironde : pas de menu de substitution sans porc à la cantine - -

Nous vous en parlions il y a quelques semaines sur RMC. Une cantine scolaire de Gironde a décidé pour une question de coût de mettre fin aux menus sans porc pour les enfants de confessions musulmane ou juive. Le préfet avait demandé une solution pour la rentrée, rien n’a été fait.

Nous vous en avions parlé sur RMC, le maire de la petite commune d'Arveyres en Gironde a décidé de supprimer de la cantine de son école le repas de substitution prévu pour les 28 enfants élèves de confession juive ou musulmane ne mangeant pas de porc sur les 180 élèves que compte la cantine. La raison : 2 menus à la cantine coûtent trop cher et cela augmenterait le gaspillage selon le maire. N’ayant aucune obligation légale de fournir un repas de substitution, le maire avait quand même promis que les enfants qui ne mangent pas de porc auraient suffisamment à manger : sans viande de remplacement mais avec double dose de légumes, un peu plus de dessert et parfois de l'œuf ou du thon pour compenser l'absence de viande. Mais le sous-préfet de Libourne, Patrick Martinez, avait demandé au maire de trouver une solution avant la rentrée scolaire, lundi 18 mars. Et hier lundi, rien n'avait changé : c'était un menu unique avec… une côte de porc.

« La laïcité n’est pas en danger parce qu’on ne donne de la dinde à ceux qui ne mangent pas de porcs »

Pour Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves, il faut mettre en place une obligation légale pour ces menus de substitution qui en aucun cas ne mettent en danger la laïcité. « Il y a des écoles où il y a 40% des enfants qui ne mangent pas de porc, explique-t-il. Que fait-on ? Je m’interdis de faire du porc ? Ce serait une énorme connerie. Il faut faire un menu qui permet aux enfants de manger. A quoi ça sert de faire de la restauration scolaire si les enfants ne mangent jamais. Il faut une loi cadre pour organiser cette restauration scolaire comme un service public. Aujourd’hui, c’est un service facultatif et tout le monde joue avec ça. Je pense que la laïcité n’est pas en danger parce qu’on donne de la dinde a des enfants qui ne mangent pas de porc ».

« Il faut rester très strict et sévère vis-à-vis de la laïcité »

C’est un tout autre discours que tient Valérie Marty la présidente de la PEEP, la Fédération des Parents d'Elèves de l'Enseignement Public. Pour elle, la laïcité qui prévaut à l’école doit se poursuivre dans le réfectoire qui lui aussi doit rester vierge de toute influence religieuse. « On n’est pas favorable à cela même si je comprends tout a fait que les mairies essayent de répondre aux besoins des familles. Pour moi l’école est laïque. Plus on multiplie ce genre de chose plus cela rend la tâche difficile et plus on augmente les coûts. Il faut rester très strict et sévère vis-à-vis de la laïcité ».

Tugdual de Dieuleveult avec J. Burgell