BFMTV

Gilets jaunes: les militaires de Sentinelle mobilisés samedi pour sécuriser des bâtiments

Des militaires de l'opération "Sentinelle".

Des militaires de l'opération "Sentinelle". - Rémy Gabalda - AFP

Le porte-parole du gouvernement justifie la mobilisation de l'armée "pour sécuriser les points fixes" et faire face à "des émeutiers (...) muent par la haine".

"Durcir la réponse de nos forces de l'ordre" face aux "émeutiers". Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a donné le ton lors du point presse du Conseil des ministres, ce mercredi.

Sécuriser les bâtiments officiels 

Pour encadrer le 19ème samedi de manifestation et s'assurer de ne pas se faire surprendre comme le week-end précédent, Benjamin Griveaux a dévoilé qu'en plus des "brigades anti-casseurs dédiées, de l'usage de drones et de produits avec des marquages indélébiles, d'une zone de filtrage en amont", le président de la République Emmanuel Macron a demandé "la mobilisation renforcée du dispositif Sentinelle pour sécuriser les points fixes".

Seront concernés par cette protection des "bâtiments officiels" et d'autres "points fixes", a précisé Benjamin Griveaux. Cette mesure destinée à permettre aux forces de l'ordre de se concentre"r sur le maintien de l'ordre.

"Des émeutiers"

Le porte-parole a justifié ce renforcement "au regard de la mutation des violences observées samedi", où les forces de l'ordre font face à "des individus [qui] ont décidé de casser la démocratie, de s'en prendre à la République et à ses symboles. À des banques, à des commerces, à nos institutions, que l'on vienne de l'extrême gauche ou de l'extrême droite."

Benjamin Griveaux a également fait savoir que le chef de l'Etat a indiqué lors du Conseil des ministres que "ce ne sont plus des manifestants à qui nous avons affaire mais à des émeutiers".

Esther Paolini