BFMTV

Gilets jaunes : le président d'un syndicat lycéen blessé à Paris

L'IGPN a été saisi après la blessure d'un militaire au visage à Montpellier. Photo d'illustration

L'IGPN a été saisi après la blessure d'un militaire au visage à Montpellier. Photo d'illustration - NICOLAS TUCAT / AFP

Louis Boyard, qui se présente comme un "manifestant non violent" a déclaré à notre antenne avoir été gravement blessé au pied.

Louis Boyard, président du principal syndicat lycéen l'UNL a été blessé samedi en fin d'après-midi, en marge du 12ème jour de mobilisation des gilets jaunes. 

Contacté par BFMTV, il revient sur les circonstances de sa blessure: 

"J'étais sur la place de la République. Je marchais tranquillement, je ne portais pas de gilet jaune. Je me suis reçu un tir, un impact sur le pied. Je suis tombé parterre, on m'a ramassé. Là je suis au service des urgences parce que j'ai le pied qui enfle et la peau qui commence à très mal réagir et j'ai vraiment mal."

Grenade de désencerclement ou LBD ?

Sur la provenance du tir, le lycéen est formel:

"Je peux vous dire qu'il vient de la police, je les ai vu tirer. C'est peut-être une grenade de désencerclement ou un LBD (ndlr: lanceur de balles de défense) qui m'a fait ça. J'ai 18 ans, je suis un non-violent convaincu, je portais pas de gilet jaune... Pourquoi moi ?", s'interroge Louis Boyard, avant de poursuivre: "Ce qui me fait le plus mal, c'est qu'après Christophe Castaner va raconter qu'il n'y a pas de violences policières."

Dans un tweet publié aux alentours de 17 heures, le lycéen déclarait "tout le pied semble cassé, la peau réagit très mal". Le jeune tout juste majeur a été transporté à l'hôpital en ambulance. Il a interpellé le ministre de l'Intérieur: "J'espère que vous reconnaîtrez votre faute", a-t-il déclaré.

Peu après, il a reçu de nombreux messages de soutien, dont celui du leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon avec un hashtag "Castaner la brute". 

Avec AFP