BFMTV

Gens du voyage contre communes: que dit la loi?

Des gens du voyage ont bloqué, mardi matin, pendant plusieurs heures les accès à Saint-Jean-de-Luz, provoquant d'importants embouteillages, pour protester contre l'arrêté d'expulsion dont ils ont fait l'objet.

Des gens du voyage ont bloqué, mardi matin, pendant plusieurs heures les accès à Saint-Jean-de-Luz, provoquant d'importants embouteillages, pour protester contre l'arrêté d'expulsion dont ils ont fait l'objet. - -

Les gens du voyage qui faisaient partie d’un convoi de 150 caravanes ont manifesté mardi à Saint-Jean-de-Luz contre leur expulsion d'un terrain. Ils ont été replacés à Bayonne, mais le nouveau lieu ne les satisfait pas. Éclairage sur les obligations des communes au sujet des gens du voyage.

Des gens du voyage ont bloqué, mardi matin, pendant plusieurs heures les accès à Saint-Jean-de-Luz, provoquant d'importants embouteillages, pour protester contre l'arrêté d'expulsion dont ils ont fait l'objet. Lorsqu’ils s’étaient installés illégalement, ces familles cherchaient depuis déjà deux jours un terrain pour les accueillir.

"La loi Besson oblige les communes de plus de 5.000 habitants à construire des aires d’accueil pour les gens du voyage", a rappelé Marc Bordigoni, anthropologue et spécialiste de la question. Il doit s’agir d’un terrain situé à proximité du centre-ville et des écoles et disposant d’eau, d’électricité et de sanitaires.

Une loi pour sanctionner les communes qui ne prévoient pas d'aires d'accueil

"La Cour des comptes a fait le point, précisant que seuls 52% des airs de stationnement prévues en 2000 ont été réalisées douze ans après et certaines régions sont particulièrement déficitaires, a poursuivi Marc Bordigoni. C’est le cas de la région PACA par exempple".

Pour l’instant, les communes qui ne respectent pas la loi, ne sont pas sanctionnées, mais un projet de loi devrait être déposé en ce sens à la rentrée.

L’accès aux aires d’accueil est payant et les tarifs sont ainsi très variables. Les prestations peuvent être jusqu’à 10 fois plus chères selon les départements. "Les tarifs peuvent parfois être exorbitants pour décourager les gens d’y aller", constate Marc Bordigoni.

A.-L.B. avec Sandra Boulanger