BFMTV

Gaz russe : faut–il craindre des coupures en France ?

Le conflit sur le prix du gaz entre la Russie et l'Ukraine fait peser une menace sur l'approvisionnement de certains pays de l'UE comme l'Allemagne.

Le conflit sur le prix du gaz entre la Russie et l'Ukraine fait peser une menace sur l'approvisionnement de certains pays de l'UE comme l'Allemagne. - -

Les coupures de gaz russe transitant par l’Ukraine font planer une menace sur l’Europe. Mais la France est à l’abri. L’approvisionnement et les tarifs ne devraient pas en souffrir.

GDF Suez a constaté mardi une baisse de 70% de ses approvisionnements de gaz naturel russe transitant par l'Ukraine. Et pour cause, Russes et Ukrainiens s'opposent sur le prix du gaz. Moscou a donc fermé le robinet gazier de l'Ukraine... Or ce sont 30% des importations de l'Europe qui passent par l'Ukraine !

La France n'est pas dépendante

Y'a t-il un risque que la France, en pleine période de grand froid, se retrouve en pénurie de gaz naturel ? Francis Perrin, directeur de la rédaction de la revue Pétrole et Gaz Arabe se veut plus que rassurant et met en avant la diversification de l'approvisionnement français : « Nous ne dépendons pas d'un pays. Actuellement, pour 22% de nos approvisionnements c'est la Norvège, un fournisseur remarquablement fiable. L'Algérie c'est environ 17%. La Russie c'est 15,5% pour 2007, ce qui n'est pas négligeable mais qui est loin des 40% de l'Allemagne et des presque 100% de la Bulgarie. »

Un stockage souterrain

Mais selon Francis Perrin, la France est aussi mieux structurée que certains de ses partenaires européens en terme de stockage : « La France est le pays le mieux préparé face à des problèmes d'approvisionnement gazier. Nous avons 12 stockages de gaz souterrains sur le territoire français. Ils permettent de stocker des volumes très importants : 20% de la consommation française sur une année, ce qui est considérable. »

La rédaction avec Yannick Olland